James Harden ne s’est pas rapporté au camp des Rockets de Houston et l’entraîneur-chef Stephen Silas a indiqué lundi qu’il ne savait pas quand le meneur étoile allait arriver.

Kristie Rieken
The Associated Press

Les Rockets ont tenu leur deuxième entraînement du camp, lundi, et le nouvel entraîneur-chef a parlé de l’absence de Harden, qui souhaiterait être échangé, selon plusieurs rapports.

« Je ne connais pas l’échéancier, s’il y en a un, a mentionné Silas. C’est un pas de recul. Tu veux que ton meilleur joueur soit ici et la fenêtre est petite. C’est un dur coup de ne pas avoir un des meilleurs joueurs de la NBA. »

Silas, qui a été embauché pour remplacer Mike D’Antoni, a affirmé qu’il ne savait pas si Harden était à Houston et il a ajouté que les Rockets n’avaient pas discuté de possibles sanctions si la super-vedette n’arrive pas bientôt.

« J’ai vécu des situations au cours desquelles on parlait d’une grève et nous avions géré ces situations au mérite et individuellement, a dit Silas. En ce qui a trait à des sanctions, nous n’en sommes pas là en ce moment. Nous travaillons sur une chose à la fois. »

Les Rockets veulent garder Harden comme pièce maîtresse de l’équipe. Ils ont échangé Russell Westbrook aux Wizards de Washington en retour de John Wall, une saison après que le duo Harden-Westbrook n’eut pas fonctionné comme anticipé.

Silas ne comprend pas pourquoi le joueur le plus utile de la NBA en 2018 n’est pas au camp et il n’a pas voulu spéculer sur les motifs de son absence.

« Les motifs lui appartiennent, a exprimé Silas. Il est le seul qui puisse expliquer pourquoi il n’est pas ici. Ce n’est pas réel pour moi de penser aux raisons. Ce qui est réel, c’est qu’il n’est pas ici et qu’il a ses raisons. Mais c’est à lui de les partager. »