Le Brésilien Cesar Cielo a démontré qu'il résistait fort bien à l'usure du temps en conservant son titre mondial sur 50 m papillon, aux Mondiaux-2013 de natation lundi à Barcelone.

Cyril Belaud AGENCE FRANCE-PRESSE

L'exubérant Cielo a confirmé qu'il était sans doute le plus brillant sprinteur de sa génération, en décrochant une cinquième médaille d'or mondiale, après celles obtenues sur 50 m nage libre (2009, 2011), 100 m nage libre (2009) et 50 m papillon déjà (2011).

Le Brésilien, qui n'a que 26 ans, mais est depuis longtemps présent au plus haut niveau, compte aussi à son palmarès une médaille d'or olympique sur 50 m nage libre (2008), et deux de bronze sur 50 m nage libre (2012) et 100 m nage libre (2008).

Cielo s'est imposé en 23 sec 01/100e, devant l'Américain Eugene Godsoe (23.05) et le Français Frédérick Bousquet (23.11), son ancien partenaire d'entraînement à Auburn (États-Unis), qui à 32 ans a arraché la troisième médaille mondiale individuelle de sa carrière.

Le Brésilien a rappelé qu'il avait connu une année bien difficile, après avoir été opéré des deux genoux au sortir des jeux Olympiques. «Je ne me sens pas encore à 100% parce que je manque d'entraînement», a-t-il indiqué.

«Je ne suis pas aussi puissant qu'avant parce que je n'ai pas pu faire de squats en salle de gym, mais on s'est concentré sur la vitesse et ça a marché», a-t-il expliqué. «Remporter cette médaille d'or est un énorme soulagement.»

«Le principal changement cette année a été de prendre un nouvel entraîneur», a-t-il raconté. «J'ai commencé à travailler avec un mec qui était mon compagnon de chambre au lycée. Il a 27 ans et c'était un peu une folle idée de travailler ensemble.»

Record du monde pour Meilutyte

«Mais après l'opération, j'avais besoin d'un nouveau départ», a-t-il ajouté. «Plusieurs fois cette saison, j'ai douté et je ne savais pas ce qui allait se passer, et je pense qu'il est la raison principale pour laquelle je suis de retour au plus haut niveau.»

La journée a aussi été marquée par l'exploit de la jeune Lituanienne Ruta Meilutyte, 16 ans, qui a battu le premier record du monde de ces Mondiaux, celui du 100 m brasse en 1 min 04 sec 35/100e.

Nouveau prodige de la brasse mondiale, la championne olympique de la discipline, qui réside depuis quatre ans en Angleterre, a amélioré de 10/100e l'ancien record, qui appartenait depuis le 7 août 2009 à l'Américaine Jessica Hardy.

«Le record du monde signifie plus que la médaille d'or. J'ai atteint mon principal objectif», a lâché Meilutyte. «Le record du monde a toujours été un rêve pour moi, mais évidemment une médaille d'or aux Championnats du monde serait la cerise sur le gâteau.»

La Chinoise Ye Shiwen, 17 ans, très attendue après ses titres olympiques sur 200 m et 400 m 4 nages l'an passé, s'est effondrée en finale du 200 m 4 nages, dont elle n'a pris que la 4e place.

Ye, dont les performances avaient beaucoup fait jaser à Londres, était la tenante du titre. Elle a rendu près de deux secondes et demie (2:10.48) à la Hongroise Katinka Hosszu, qui a amélioré en 2 min 07 sec 92/100e la meilleure performance mondiale de la saison pour enlever le premier titre mondial de sa carrière.