• Accueil > 
  • Sciences 
  • > Le cerveau de l'enfant de Taung n'a rien d'humain 
Source ID:; App Source:

Le cerveau de l'enfant de Taung n'a rien d'humain

Ce fossile est important historiquement et scientifiquement car... (Photo archives AFP)

Agrandir

Ce fossile est important historiquement et scientifiquement car il est le premier et le meilleur exemple de l'évolution du cerveau d'un des premiers hominidés, australopithèques africanus, découvert en 1924.

Photo archives AFP

Agence France-Presse
WASHINGTON

L'enfant de Taung, premier hominidé vieux de trois millions d'années découvert il y a 90 ans en Afrique du Sud, n'avait pas de caractéristiques crâniennes montrant un développement du cerveau similaire à celui des enfants humains, selon une recherche publiée lundi.

Ce fossile est important historiquement et scientifiquement car il est le premier et le meilleur exemple de l'évolution du cerveau d'un des premiers hominidés, australopithèques africanus, découvert en 1924 par le paléontologue australien Raymond Dart et objet de nombreuses controverses.

Les chercheurs de l'Université Wits en Afrique du Sud ont soumis le crâne partiel au scanner CT (tomodensitomètre) à haute définition. Et les résultats jettent un sérieux doute sur des théories avancées jusqu'alors selon lesquelles ce fossile montre des adaptations crâniennes clé dans la région préfrontale du cerveau, que l'on constate aussi chez les nouveau-nés et jeunes enfants humains modernes.

«Une récente étude fait la description de ce fossile vieux d'environ trois millions d'années, dont on pense qu'il a appartenu à un individu âgé de trois à quatre ans, comme présentant des indices d'une suture coronale et d'une fontanelle antérieure ouverte», précise Kristian Carlson, un chercheur de l'Université Wits, un des principaux auteurs de cette recherche publiée en ligne dans les Comptes-rendus de l'Académie américaine des sciences.

Ces deux caractéristiques, qui donnent une souplesse au crâne, facilitent le développement post-natal du cerveau chez les enfants humains en persistant et disparaissant plus tardivement, explique-t-il.

En comparant le registre des fossiles existant des hominidés aux variations crâniennes chez les chimpanzés, très proches de l'homme, rien de conforte ce scénario d'évolution chez l'enfant de Taung, tranchent les chercheurs.

Soulignant des déficiences dans la manière dont le fossile de Taung a été récemment interprété, ces paléontologues suggèrent que les caractéristiques physiques ne présentent pas de lien avec celles du développement du lobe préfrontal du cerveau humain, siège d'un grand nombre de comportements de l'homme.




Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer