Dany Cardinale est fait pour la vie en copropriété. Très sociable, il multiplie les occasions de rencontrer les autres copropriétaires de son immeuble, en bordure du Vieux-Montréal. Il le fait par plaisir, mais aussi pour s'assurer que tout fonctionne bien.

Publié le 10 oct. 2014
DANIELLE BONNEAU LA PRESSE

Le gym ? « C'est mon bureau », lance en riant le pompier, qui s'y entraîne avec assiduité. Un des premiers à avoir emménagé dans la troisième phase du complexe M9, en novembre 2012, il facilite la création de liens, allant jusqu'à organiser deux événements par année à l'intention de tous les copropriétaires (un vins et fromages et une fête coïncidant avec son anniversaire).

Responsable de la sécurité dans l'immeuble, il voit aussi à ce que les règlements soient respectés.

« On n'est pas trop stricts, précise-t-il. On sait qui sont les fauteurs de trouble. Ailleurs, un gardien a dû être engagé pour assurer la paix sur les terrasses sur les toits. Ici, on a installé un système de caméras et un système de cartes à puces qui ont été nos deux meilleurs atouts pour réduire les méfaits. On sait exactement qui est à quel endroit à quelle heure. »

« On donne une contravention à la troisième offense, poursuit-il. Mais la majorité, c'est du bon monde. On a déjà eu un problème avec des fumeurs sur la terrasse, mais cela s'est réglé. Il n'y en a pas eu cette année. »

DES COÛTS PLUS ÉLEVÉS

Tous ces espaces aménagés à l'intention des copropriétaires (piscine intérieure ou extérieure, terrasse avec barbecues, salle de conditionnement physique, jardin, stationnement intérieur, etc.) entraînent des frais supplémentaires, qui se reflètent dans les charges mensuelles de copropriété.

« Il faut les entretenir, souligne André Delage, président du Regroupement des gestionnaires et copropriétaires du Québec (RGCQ). Certains, comme les piscines intérieures et les garages souterrains, entraînent par ailleurs des factures d'énergie importantes. »

Aussi, avant d'acheter un condo, faut-il considérer ses besoins et être certain de profiter de tout ce qui est offert.

Président du syndicat de copropriété d'un luxueux complexe de 137 appartements à Pointe-Claire, M. Delage paie environ 38 cents le pi2 (avec trois espaces de stationnement, deux à l'intérieur et l'autre à l'extérieur).

« Je me sers de la piscine et de la salle de conditionnement physique, dit-il. Ma femme, ainsi que d'autres copropriétaires, ne se départirait jamais du portier. Personne n'est craintif d'entrer dans le garage, car il est très bien éclairé et surveillé. Il y a un coût à cela. Il faut en être conscient et faire le choix en conséquence. »