Les baby-boomers québécois qui achètent une maison sont plus portés à contracter un prêt hypothécaire comparativement à tous les autres Canadiens de leur génération.

Laurie Richard LE SOLEIL

Les trois quarts des baby- boomers de la Belle Province auront recours à une hypothèque pour financer leur achat, et 64 % d'entre eux croient qu'ils auront probablement remboursé leur prêt avant de prendre leur retraite, selon un sondage mené pour la banque TD Canada Trust, en juin dernier.

Ils ne profiteraient donc pas pleinement des possibilités offertes pour rembourser leur prêt le plus tôt possible en comparaison aux autres Canadiens, selon TD Canada Trust. Que 56 % des baby-boomers québécois acheteurs entreprennent de verser la mise de fonds la plus élevée possible, contrairement à 69 % à l'échelle nationale. Ils sont également moins susceptibles d'augmenter la fréquence de leurs versements: seuls 30 % le feront comparativement à 44 % dans tout le pays. Ils sont finalement, avec 30 %, les moins enclins à choisir une période d'amortissement plus courte pour réduire leurs frais d'intérêt.

Plans retardés

Quelque 28 % des baby-boomers québécois prévoient emménager dans une résidence plus petite à leur retraite, selon le rapport de TD Canada Trust. Mais leurs enfants adultes qui occupent toujours le nid familial les empêchent de le faire actuellement.

Ces enfants boomerangs retardent le projet de déménagement de 14 % des baby-boomers qui souhaitent emménager dans plus petit, question de rendre service à leurs enfants adultes, d'après le sondage.

Les baby-boomers québécois ont également un penchant plus marqué pour la vie pastorale. Vingt pour cent des répondants disent vouloir profiter de leur retraite dans une maison de campagne, une proportion plus élevée que partout ailleurs au Canada.

Les données ont été recueillies auprès de 1025 baby-boomers par un sondage en ligne mené par Environics Research.

lrichard@lesoleil.com