Si Pierre-Yves Charest a acheté cette maison il y a deux ans, c’était en raison de sa situation exceptionnelle, en pleine nature, à Saint-Ferréol-les-Neiges.

Publié le 16 déc. 2021
Éric Clément
Éric Clément La Presse

Une propriété datant de 2001, de près de 600 000 pi⁠2, au milieu des conifères et avec une vue panoramique sur la station de ski Mont-Sainte-Anne. « L’hiver, la maison est magnifique avec son grand manteau blanc posé sur le terrain, dit Catherine Lebel-Lehoux, conjointe de Pierre-Yves Charest. Les murs extérieurs, les murets et le toit sont en neige ! C’est majestueux. »

Le design tout en courbes défini par la firme américaine Drezner Architecture (et appliqué par l’architecte québécois Gilles Laflamme) lui donne un cachet hors de l’ordinaire.

  • La grande cuisine ouverte, près de la salle à manger

    PHOTO CHARLES O’HARA, FOURNIE PAR ENGEL & VÖLKERS

    La grande cuisine ouverte, près de la salle à manger

  • De belles couleurs pour cuisiner

    PHOTO CHARLES O’HARA, FOURNIE PAR ENGEL & VÖLKERS

    De belles couleurs pour cuisiner

  • Le salon éblouissant de lumière avec un foyer impressionnant

    PHOTO CHARLES O’HARA, FOURNIE PAR ENGEL & VÖLKERS

    Le salon éblouissant de lumière avec un foyer impressionnant

  • Une des chambres offrant vue sur la forêt

    PHOTO CHARLES O’HARA, FOURNIE PAR ENGEL & VÖLKERS

    Une des chambres offrant vue sur la forêt

  • Une des salles de bains

    PHOTO CHARLES O’HARA, FOURNIE PAR ENGEL & VÖLKERS

    Une des salles de bains

  • Chambre où réunir les enfants

    PHOTO CHARLES O’HARA, FOURNIE PAR ENGEL & VÖLKERS

    Chambre où réunir les enfants

  • Espace de repos

    PHOTO CHARLES O’HARA, FOURNIE PAR ENGEL & VÖLKERS

    Espace de repos

  • Autre salle de bains

    PHOTO CHARLES O’HARA, FOURNIE PAR ENGEL & VÖLKERS

    Autre salle de bains

  • Autre chambre

    PHOTO CHARLES O’HARA, FOURNIE PAR ENGEL & VÖLKERS

    Autre chambre

  • Chambre à coucher très originale

    PHOTO CHARLES O’HARA, FOURNIE PAR ENGEL & VÖLKERS

    Chambre à coucher très originale

1/10
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

« C’est une maison avec une structure complexe, des plafonds particuliers et des fenêtres très originales, dit Mme Lebel-Lehoux. Quand on est à l’intérieur, on ne se rend pas compte de cette complexité, car c’est ludique et agréable. »

Le couple a quatre jeunes enfants. La maison, utilisée pour les congés, était parfaite pour pratiquer avec eux des sports de plein air. Un accès aux pistes de ski de fond ou de vélo se trouve juste au bout du terrain. « La maison nous aura permis de profiter du temps en famille et de jouer dehors durant toutes les saisons », ajoute cette dernière.

Besoin d’un peu d’amour

Depuis deux ans, le couple a restauré cette demeure qui avait besoin d’un peu d’amour. « On a sablé au complet les planchers de bois, ce qui a redonné de la chaleur à la maison, explique Mme Lebel-Lehoux. On a repeint la propriété au complet, intérieur et extérieur, le crépi notamment. On a changé le chauffage pour un gros système automatisé à air pulsé avec quatre fournaises et deux thermopompes. Car ce n’était pas simple de maintenir une chaleur ou une fraîcheur agréable dans une maison comme celle-ci, à cause de sa taille et des fenêtres nombreuses. »

On a mis le meilleur de ce qu’il y avait sur le marché. Mais au total, c’était des coûts astronomiques.

Catherine Lebel-Lehoux, conjointe du propriétaire

Grâce aux fenêtres et aux baies vitrées « triple verre » de qualité, conçues sur mesure, l’intérieur est très lumineux. On a l’impression d’être immergé dans la nature. D’ailleurs, la couleur verte, choisie à l’origine par l’architecte pour le mobilier, était une référence au milieu ambiant, au feuillage. Le soleil entre tellement à l’intérieur que les propriétaires avaient bien besoin d’un système de climatisation adapté.

Les planchers en céramique sont chauffés au glycol, notamment dans les salles de bains. Au centre du salon, trône un énorme foyer au bois, très contemporain. La propriété, alimentée en eau par un puits artésien, ne possède pas de garage. La fosse septique a été vidangée en 2020.

Le toit en cuivre est d’origine. Il y a eu une infiltration d’eau en 2020 à cause d’un joint de soudure brisé. Mais cela a été réglé. « On a fait faire une estimation pour savoir combien ça coûterait s’il fallait refaire ce toit et c’est une affaire de 450 000 $ ! Mais comme le Château Frontenac, un toit comme ça, ça dure 100 ans. C’est fait solide. Mais la chaleur peut parfois faire éclater des morceaux de cuivre. On s’est procuré un scellant utilisé par les artisans de toitures en cuivre et Pierre-Yves a refait les joints où ça avait travaillé. Ça a réglé le problème. »

La maison a connu aussi une infestation de souris. « On a réglé le problème là aussi, mais bon, on est dans une forêt, alors, par sa situation, une propriété de 20 ans, ses matériaux travaillent et les mulots n’ont pas besoin de beaucoup d’espace pour entrer ! », dit Mme Lebel-Lehoux.

  • Un grand sous-sol permet de conserver les équipements de sport.

    PHOTO CHARLES O’HARA, FOURNIE PAR ENGEL & VÖLKERS

    Un grand sous-sol permet de conserver les équipements de sport.

  • Le sauna sec

    PHOTO CHARLES O’HARA, FOURNIE PAR ENGEL & VÖLKERS

    Le sauna sec

1/2
  •  
  •  

Le prix de la qualité

Ayant opté pour la construction d’une maison ailleurs dans la région de Québec, le propriétaire Pierre-Yves Charest a décidé de la vendre 3 millions de dollars, même si la valeur au rôle est de 925 500 $. « Nous pensons que la maison vaut ça, compte tenu des travaux que nous y avons faits, dit sa conjointe. Cette maison avait été laissée sans améliorations pendant une dizaine d’années, sans trop d’entretien. Des maisons comme ça, avec des systèmes très sophistiqués, ça nécessite de l’entretien. En plus, elle a été entièrement remeublée [le mobilier est contenu dans le prix de vente]. Le terrain est immense. C’est très privé, à l’écart des voisins. C’est donc plutôt rare comme genre de qualité de propriété. »

La maison est parfaite pour une famille, mais elle peut tout aussi bien convenir à des couples d’amis qui l’achètent ensemble pour se la partager. « N’importe qui qui aime recevoir ou passer du bon temps dans la nature sera heureux dans cette maison », dit Catherine Lebel-Lehoux, qui ajoute qu’elle va « peut-être » la regretter. « Pour les enfants, c’était une maison capotée, dit-elle en riant. C’était vraiment spécial d’aller au chalet. C’est grand, ils pouvaient courir partout. On a vu souvent des cerfs et des renards à l’extérieur. Quand on a une maison comme ça, un jour dans nos vies, ça nous marque. »

Dans une version précédente de cet article, il était fait mention que Pierre-Yves Charest et Catherine Lebel-Lehoux avait acheté la propriété. En fait, seul Pierre-Yves Charest est le propriétaire des lieux.

Consultez la fiche de la propriété

La propriété en bref

Prix demandé : 3 000 000 $
Année de construction : 2001
Pièces : 19 pièces, dont 5 chambres, 3 salles de bains et 1 sauna sec
Superficie habitable : 2900 pi⁠2 (269 m⁠2)
Superficie du terrain : 599 593 pi⁠2 (55 704 m⁠2)
Évaluation municipale (maison et terrain) : 925 500 $ (2022)
Impôt foncier : 6338 $ (2021)
Taxe scolaire : 367 $ (2021)
Électricité, par mois : 558,83 $
Courtier : Marc Turgeon, Engel & Völkers