Des propriétaires nous ouvrent les portes de leur demeure d’exception, offerte sur le marché de la revente.

Publié le 6 déc. 2021
Danielle Bonneau
Danielle Bonneau La Presse

De maison en maison, d’abord en Europe, puis à Fossambault-sur-le-Lac, dans la région de la Capitale-Nationale, Arnaud Dumont a peaufiné son concept de maison écologique et autonome. Il a toujours aimé concevoir des habitations, même s’il n’en a pas fait sa profession, juxtaposant à cette passion celle qu’il éprouve pour l’écologie et l’économie durable.

La demeure qu’il a imaginée, au nord-ouest de Québec, surprend les visiteurs avec sa portion semi-enterrée, qui épouse la dénivellation du terrain, et sa serre, qui se trouve littéralement au cœur de l’habitation.

  • La cuisine, à l’étage, est ouverte sur la salle à manger et le salon. Un poêle à bois performant réchauffe l’espace l’hiver.

    PHOTO FOURNIE PAR LE PROPRIÉTAIRE

    La cuisine, à l’étage, est ouverte sur la salle à manger et le salon. Un poêle à bois performant réchauffe l’espace l’hiver.

  • La cuisine est très éclairée. Elle donne sur une spacieuse terrasse.

    PHOTO FOURNIE PAR LE PROPRIÉTAIRE

    La cuisine est très éclairée. Elle donne sur une spacieuse terrasse.

  • La terrasse est l’endroit idéal pour recevoir parents et amis, pendant la belle saison.

    PHOTO FOURNIE PAR LE PROPRIÉTAIRE

    La terrasse est l’endroit idéal pour recevoir parents et amis, pendant la belle saison.

  • La chambre principale, à l’étage, comporte une vaste penderie.

    PHOTO FOURNIE PAR LE PROPRIÉTAIRE

    La chambre principale, à l’étage, comporte une vaste penderie.

  • Une des chambres ayant une vue directe sur la serre, qui s’avère le poumon de la maison

    PHOTO FOURNIE PAR LE PROPRIÉTAIRE

    Une des chambres ayant une vue directe sur la serre, qui s’avère le poumon de la maison

  • La salle de bains attenante à la chambre principale, à l’étage

    PHOTO FOURNIE PAR LE PROPRIÉTAIRE

    La salle de bains attenante à la chambre principale, à l’étage

1/6
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

« Je me suis inspiré du concept des earthships, qui a été inventé dans les années 1970, en Californie, explique-t-il. Ce sont des maisons tout en longueur, qui ont une serre en façade et qui communiquent avec elle. Une maison de ce type a été construite au Québec, il y a une quinzaine d’années. »

J’ai toujours été à l’affût de ce genre de technologie et d’idée, et j’ai cherché à créer quelque chose qui soit plus adapté au grand froid de notre beau pays.

Arnaud Dumont, propriétaire

« J’ai voulu une maison semi-enterrée pour obtenir des échanges thermiques intéressants au niveau du sol et avoir une meilleure isolation, précise-t-il. Le concept d’une maison en U, avec une serre au milieu, m’intéressait particulièrement. »

La serre, poumon de la demeure

PHOTO FOURNIE PAR LE PROPRIÉTAIRE

La serre, au centre de la demeure

La serre, véritable poumon de la demeure, comporte un bassin en aquaponie, où sont élevés à la fois des poissons et des plantes, qui interagissent. « Ce bassin permet en été de cultiver des plantes et de communiquer en termes de ventilation avec le reste de la maison, explique le propriétaire. Quand il fait très chaud, on aère au maximum pour évacuer le surplus de chaleur et d’humidité. L’automne et l’hiver, quand il fait très chaud dans la serre, celle-ci permet de chauffer les pièces adjacentes, grâce à un système d’échangeur d’air et de récupération de chaleur bien pensé. On a ainsi une maison qui respire. »

La serre, située au rez-de-jardin, est entourée de quatre pièces dont la fonction peut varier au gré des besoins des occupants. Elles servent actuellement de chambres ou de bureaux, mais les futurs propriétaires pourraient en modifier la vocation, souligne le propriétaire actuel.

« Autour, nous retrouvons un couloir de circulation qui sert lui aussi de tampon et de passage en saison froide, précise le propriétaire. Certains visiteurs sont un peu décontenancés parce qu’en hiver, on va préférer passer par le couloir, qui n’est pas un espace perdu. Comme il se trouve dans la partie semi-enterrée de la maison et que la terre garde la chaleur en hiver et la fraîcheur en été, il est tempéré en hiver et frais en été. À l’étage, auquel on accède par l’extérieur au printemps, en été et en automne, on retrouve la chambre principale, la salle de bains attenante et la cuisine, ouverte sur le salon. »

Normalement, il aurait dû aménager la maison sur un seul niveau en U, convient le propriétaire. « On a rajouté un étage pour des convenances personnelles, dit-il. Pour nous, il s’agit d’un espace de vie familial. »

Volontairement, il n’y a pas un grand espace de réception, comme dans la plupart des maisons traditionnelles, où de larges espaces de réception souvent inutilisés doivent être chauffés à l’année.

Arnaud Dumont, propriétaire

« Je préfère de toute façon recevoir des gens en été plutôt qu’en hiver, et pour cela, on a une immense terrasse qui est vraiment idéale », ajoute-t-il.

Autonomie énergétique

PHOTO FOURNIE PAR LE PROPRIÉTAIRE

Des panneaux solaires permettent de fournir la demeure en énergie.

Tombé amoureux du Canada il y a 25 ans, Arnaud Dumont s’y est installé il y a une dizaine d’années, parce qu’il avait envie d’y faire « pousser » ses enfants. Établi en Europe, il a eu un coup de cœur pour une ancienne auberge, à Fossambault-sur-le-Lac, qu’il a découverte en ligne. « Je marche à l’instinct, confie-t-il. C’est un défaut, comme une qualité. »

Il était en train de rendre l’ancienne auberge autonome lorsqu’il a décidé de la vendre et de laisser libre cours à sa passion. Cette nouvelle demeure, la plus passive possible, devait être la dernière, aussi a-t-il choisi avec soin un terrain en pente idéal pour en enfouir une partie et favoriser une implantation vers le sud et le sud-ouest (et profiter des chauds rayons du soleil).

La maison en U a été isolée au-delà des standards, précise-t-il. Et l’installation de volets en aluminium à manivelle (et non électriques), pour couvrir les grandes fenêtres, s’inscrit dans la même logique d’économie d’énergie.

Le système d’alimentation électrique combine des panneaux solaires photovoltaïques et une éolienne, qui répondent à pratiquement tous les besoins. La propriété est quand même reliée à Hydro-Québec, afin d’assurer l’alimentation en électricité de certaines parties spécifiques, comme le garage détaché.

Ce devait être sa dernière maison, mais M. Dumont a un autre projet en tête, toujours axé sur l’efficacité énergétique, mais encore plus autonome. Il construirait la demeure, dans une autre municipalité à proximité, de façon à être moins dépendant de la technologie. « La prochaine maison sera reliée au système moderne, mais en alliant aussi la sagesse des anciens, dans leur façon plus simple de construire », explique-t-il.

Il espère que sa maison à Fossambault-sur-le-Lac plaira à des personnes sensibles à l’environnement et à l’autonomie, autant alimentaire qu’énergétique. Il pourra ainsi pousser encore plus loin sa propre démarche.

Consultez la fiche de la propriété

La propriété en bref

Prix demandé : 800 000 $
Année de construction : 2017
Description : au rez-de-jardin, la maison compte quatre pièces servant de chambres ou de bureaux, une salle de bains, une salle d’eau et une serre. À l’étage se trouvent la chambre principale, une salle de bains, une cuisine ouverte sur le salon et un poêle à bois performant. Le coefficient d’isolation des murs est de R-38, tandis que celui de la toiture est de R-65. Il y a aussi un garage détaché. La propriété, reliée au réseau d’Hydro-Québec, est alimentée par des panneaux solaires photovoltaïques, un système éolien, des batteries et des systèmes de secours comme une génératrice au gaz.
Évaluation municipale : 417 100 $
Impôt foncier : 4457,81 $Taxe scolaire : 435,48 $

Superficie du terrain : 66 844 pi⁠2 (6210 m⁠2)
Superficie habitable : 1614 pi⁠2 (150 m⁠2)