Des propriétaires nous ouvrent les portes de leur demeure d’exception, offerte sur le marché de la revente.

Marie-Andrée Amiot
Marie-Andrée Amiot La Presse

John Gomery et sa femme, Pierrette Rayle, ont acheté leur propriété de Havelock le jour même où ils l’ont visitée. Pourtant, la journée ne laissait présager rien de bon. « C’était un samedi de novembre, il pleuvait, il faisait froid. Et on partait en voyage le lundi ! Disons que ce n’était pas le meilleur moment pour visiter une propriété de campagne », se souvient Mme Rayle, qui en rit aujourd’hui.

« On est sortis de la voiture, on est entrés dans la forêt et… la magie a opéré. On est immédiatement tombés sous le charme de cette vieille forêt majestueuse. » Le couple est retourné à l’auto avec l’intention de préparer une offre d’achat. « Et c’est là que le courtier nous a demandé si on voulait visiter la maison. On a réalisé qu’on l’avait oubliée ! »

L’anecdote de famille a probablement été racontée mille fois, mais elle illustre bien la fascination indéniable pour ces arbres centenaires. Et la volonté du couple de protéger ce joyau naturel. « La forêt, c’est comme une immense cathédrale. Les arbres sont magnifiques. Il nous semblait essentiel de sauver ces géants aux pieds d’argile. »

  • Une des pièces du rez-de-chaussée, le boudoir est adjacent au vestibule. Même dans les pièces rénovées, on a tenté de conserver une uniformité dans le parquet, les fenêtres, les boiseries, etc.

    PHOTO MARTIN TREMBLAY, LA PRESSE

    Une des pièces du rez-de-chaussée, le boudoir est adjacent au vestibule. Même dans les pièces rénovées, on a tenté de conserver une uniformité dans le parquet, les fenêtres, les boiseries, etc.

  • En raison du mur porteur, il a été impossible d’agrandir la salle à manger. Par contre, la table, fabriquée par le père du propriétaire, possède deux panneaux de rallongement. L’espace dans la pièce y est suffisant pour accueillir beaucoup d’invités. Les armoires de rangement à gauche sont anciennes, et les propriétaires ont choisi de les conserver.

    PHOTO FOURNIE PAR PROFUSION IMMOBILIER ET RE/MAX PLATINE

    En raison du mur porteur, il a été impossible d’agrandir la salle à manger. Par contre, la table, fabriquée par le père du propriétaire, possède deux panneaux de rallongement. L’espace dans la pièce y est suffisant pour accueillir beaucoup d’invités. Les armoires de rangement à gauche sont anciennes, et les propriétaires ont choisi de les conserver.

  • Les propriétaires ont agrandi le salon en y ajoutant une alcôve leur permettant d’y installer un canapé. Cette « extravagance » a obligé leur ébéniste à concocter un assemblage de poutres afin de relier les nouvelles aux anciennes.

    PHOTO MARTIN TREMBLAY, LA PRESSE

    Les propriétaires ont agrandi le salon en y ajoutant une alcôve leur permettant d’y installer un canapé. Cette « extravagance » a obligé leur ébéniste à concocter un assemblage de poutres afin de relier les nouvelles aux anciennes.

  • De son propre aveu, la propriétaire ne cuisine pas beaucoup, c’est son mari qui aimait se retrouver aux fourneaux. L’îlot central est plus grand qu’il n’y paraît et contient beaucoup de rangement, dont des ouvertures pour les bouteilles de vin. Le cellier est au sous-sol.

    PHOTO MARTIN TREMBLAY, LA PRESSE

    De son propre aveu, la propriétaire ne cuisine pas beaucoup, c’est son mari qui aimait se retrouver aux fourneaux. L’îlot central est plus grand qu’il n’y paraît et contient beaucoup de rangement, dont des ouvertures pour les bouteilles de vin. Le cellier est au sous-sol.

  • Les nouvelles galeries sont en composite et n’exigent qu’un minimum d’entretien.

    PHOTO MARTIN TREMBLAY, LA PRESSE

    Les nouvelles galeries sont en composite et n’exigent qu’un minimum d’entretien.

  • Petite oasis, ce solarium est une des pièces ajoutées lors des rénovations.

    PHOTO MARTIN TREMBLAY, LA PRESSE

    Petite oasis, ce solarium est une des pièces ajoutées lors des rénovations.

  • Les pièces du rez-de-chaussée sont en enfilade. Celle-ci est logée entre la cuisine et la nouvelle verrière à l’avant de la maison. À la droite, le solarium. On croit que cette pièce pouvait être l’ancienne cuisine en raison de l’ancien poêle à bois qui fonctionne toujours.

    PHOTO MARTIN TREMBLAY, LAPRESSE

    Les pièces du rez-de-chaussée sont en enfilade. Celle-ci est logée entre la cuisine et la nouvelle verrière à l’avant de la maison. À la droite, le solarium. On croit que cette pièce pouvait être l’ancienne cuisine en raison de l’ancien poêle à bois qui fonctionne toujours.

  • Cette jolie pièce, la préférée de la propriétaire, est orientée sud-est et reçoit le soleil durant les quatre saisons.

    PHOTO MARTIN TREMBLAY, LA PRESSE

    Cette jolie pièce, la préférée de la propriétaire, est orientée sud-est et reçoit le soleil durant les quatre saisons.

  • Il y a cinq chambres à l’étage. Avant les rénos, il n’y avait qu’une salle de bains. Les propriétaires en ont ajouté une attenante à leur chambre et ont agrandi la première pour mieux servir les invités.

    PHOTO FOURNIE PAR PROFUSION IMMOBILIER ET RE/MAX PLATINE

    Il y a cinq chambres à l’étage. Avant les rénos, il n’y avait qu’une salle de bains. Les propriétaires en ont ajouté une attenante à leur chambre et ont agrandi la première pour mieux servir les invités.

  • Un des deux espaces reliant les pièces de l’étage. À noter que chaque fois qu’ils le pouvaient, les propriétaires, de grands lecteurs, ont inclus des étagères pour y déposer des livres.

    PHOTO MARTIN TREMBLAY, LA PRESSE

    Un des deux espaces reliant les pièces de l’étage. À noter que chaque fois qu’ils le pouvaient, les propriétaires, de grands lecteurs, ont inclus des étagères pour y déposer des livres.

  • Une des cinq chambres qui accueillent les invités. Dans chacune, on a pris soin d’inclure un placard ou une armoire de rangement.

    PHOTO MARTIN TREMBLAY, LA PRESSE

    Une des cinq chambres qui accueillent les invités. Dans chacune, on a pris soin d’inclure un placard ou une armoire de rangement.

  • Les bâtiments de la ferme sont fonctionnels. La propriétaire garde une douzaine de vaches et des veaux.

    PHOTO MARTIN TREMBLAY, LA PRESSE

    Les bâtiments de la ferme sont fonctionnels. La propriétaire garde une douzaine de vaches et des veaux.

  • La forêt est constituée de milliers d’arbres à maturité. Certains sous-bois ont été dégagés tandis que d’autres sont restés à l’état sauvage. Après la commission qui porte son nom, M. Gomery avait planté 1200 arbres afin de compenser la perte d’arbres occasionnée par le papier utilisé.

    PHOTO MARTIN TREMBLAY, LA PRESSE

    La forêt est constituée de milliers d’arbres à maturité. Certains sous-bois ont été dégagés tandis que d’autres sont restés à l’état sauvage. Après la commission qui porte son nom, M. Gomery avait planté 1200 arbres afin de compenser la perte d’arbres occasionnée par le papier utilisé.

  • Une partie du terrain qui constitue la propriété. En tout, il y a 140 acres de forêt, dont des terres cultivables (30 acres), des étangs, une érablière, etc.

    PHOTO FOURNIE PAR PROFUSION IMMOBILIER ET RE/MAX PLATINE

    Une partie du terrain qui constitue la propriété. En tout, il y a 140 acres de forêt, dont des terres cultivables (30 acres), des étangs, une érablière, etc.

1/14
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La forêt occupe presque la totalité du terrain de 140 acres. Pour comprendre la grandeur du lotissement, il faut imaginer marcher d’un pas ferme au moins 25 minutes pour le parcourir d’est en ouest. Beaucoup plus si on s’aventure sur le périmètre pour en faire le tour. Outre les arbres, il y a 30 acres de terres agricoles, un étang, une érablière, des potagers, des jardins cultivés, des bâtiments de ferme et une douzaine de belles vaches qui se promènent, bienheureuses, de la forêt au pacage.

John Gomery est bien celui que vous pensez. Le juge, qui s’est fait connaître lors de la Commission canadienne d’enquête sur le scandale des commandites qu’il présidait, a acheté la propriété de Havelock en 1991. Lui, sa femme, leurs enfants et huit petits-enfants ont passé de merveilleuses années dans ce coin du sud-ouest de la province à un jet de pierre de Covey Hill. Il nous a malheureusement quittés en mai, et Mme Rayle souhaite maintenant vendre l’immense terrain et ses bâtiments en un seul bloc. Dont la fameuse maison.

PHOTO MARTIN TREMBLAY, LA PRESSE

Pierrette Rayle et sa maison de campagne

Rénos extrêmes

La fiche technique du courtier indique que l’âge de la maison est inconnu. C’est que la propriété a connu de nombreuses modifications, mais Mme Rayle croit que le bâtiment d’origine daterait du milieu du XIXsiècle. « Quand on l’a achetée [après l’avoir finalement visitée !], il y avait trois maisons rattachées l’une à l’autre, explique-t-elle. C’était une résidence de cultivateurs qui devait réunir plusieurs membres de la famille. » À l’étage, on comptait de nombreuses chambrettes, mais une seule salle de bains, alors qu’il n’y en avait aucune au rez-de-chaussée. La maison manquait de cohésion et n’était pas très pratique pour recevoir famille et amis.

Pendant cinq ans, le couple y a vécu sans faire de rénovations.

On étudiait nos comportements, nos besoins, nos habitudes. Puis, on a fait appel à une architecte, Andrea Wolff, d’Architem, qui nous a dessiné les plans qu’on a fait exécuter.

Pierrette Rayle, propriétaire

Le couple de juges, des gens occupés, a vécu parmi les rénovations durant les six années qui ont suivi. « Heureusement, on avait la même vision. »

Le bâtiment est maintenant méconnaissable même si des divisions sont restées, structure oblige. On est ici dans une véritable maison de ferme, décorée comme il se doit avec des matériaux nobles et, en prime, une grande galerie qui borde les murs extérieurs.

À l’intérieur, chaque pièce a sa vocation et est délimitée par des cloisons. On a ajouté des pièces, démoli d’autres et rajeuni l’ensemble sans dénaturer la propriété. Il y a un solarium adjacent à la bibliothèque et une superbe verrière à l’extrémité sud qui reçoit le soleil du matin au soir.

On a ajouté une salle d’eau pour les visiteurs et, à l’étage, une salle de bains adjacente à la chambre principale ainsi qu’une autre pour les invités qui y passent la nuit. On a éliminé un des trois escaliers, laissant davantage d’espace en haut comme en bas. La cuisine comporte tout le confort moderne et est assez vaste pour que plusieurs cuistots puissent travailler en harmonie.

Des fenêtres, on peut admirer la Covey Hill, une avancée des monts Adirondacks, cette longue chaîne de hautes collines qui longent la frontière entre l’État de New York et la province. Selon Mme Rayle, le panorama est encore plus saisissant en hiver. « Je fais du ski de fond dans les sentiers, la vue est extraordinaire. »

Nous visitions la propriété en pleine journée de canicule, et la piscine creusée nous faisait de l’œil. Mais c’est la verdure de la forêt, luxuriante et abondante, qui nous a séduits. Il devait y avoir une différence de 10 °C entre le terrain sous le soleil et celui des sentiers forestiers. « Raison de plus pour laisser cette forêt vivre en paix. C’est la terre qui nous reçoit. Ici, nous ne sommes que des invités », nous a répété Mme Rayle. Une leçon à retenir.

Consultez la fiche de la propriété

La propriété en bref

Prix demandé : 2 250 000 $
Année de construction : inconnue. Rénovée de 1997 à 2003 Pièces : 20 pièces comprenant 5 chambres, 2 salles de bains, 1 salle d’eau, 1 foyer au bois et 1 poêle au bois ; bâtiments de ferme, poulailler et cabane à sucre, garage quadruple, piscine creusée
Superficie du terrain : 140 acres ou 6 147 909 pi2
Superficie habitable : 3500 pi2
Évaluation municipale : 771 700 $
Impôt foncier : 2397 $ (2016)
Taxe scolaire : 313 $ (2016)
Courtiers : Christina Miller, Profusion Immobilier, et Patrick Wiltshire, RE/MAX Platine