La soif d’espace incite nombre de Montréalais à déserter la métropole, mais Kara Gagnon et Luc Sirois ont choisi la formule inverse en quittant une grande maison et une vaste cour avec piscine pour s’établir dans un petit condo neuf situé dans le Vieux-Montréal. Une décision motivée par plusieurs raisons.

Emmanuelle Mozayan-Verschaeve Emmanuelle Mozayan-Verschaeve
Collaboration spéciale

Parents de trois jeunes adultes, Kara Gagnon et Luc Sirois ont anticipé le départ de leurs enfants et se sont questionnés sur la prochaine phase de leur vie. L’aînée, Marie-Anne, avait déjà son appartement à Montréal et les deux autres, Katherine et Charles-Étienne, allaient suivre. Ils ont donc décidé d’acheter un condo sur plan en 2017, dont la livraison était prévue en 2020, et de vendre leur maison de Boucherville.

« Outre le fait de se rapprocher des enfants, on s’est dit qu’on irait au travail à pied et qu’on en profiterait également pour découvrir la ville en marchant. Je suis dans le domaine de l’innovation, et Montréal est une des grandes villes dans le monde considérées comme créatives et innovantes, alors c’était important de faire partie directement de cette mouvance-là », raconte Luc Sirois.

Sa conjointe, Kara Gagnon, est quant à elle physiothérapeute au CHUM. Elle se trouve donc aujourd’hui à 10 minutes de marche de l’hôpital et ne regrette en rien le temps passé autrefois dans les transports en commun.

Le couple a déménagé à la fin du mois de juin 2020 en pleine pandémie, passant d’une maison de 4000 pi2, sous-sol compris, à un condo de 1300 pi2.

On voulait se départir de tout le matériel qui nous alourdit pour passer nos prochaines années à s’occuper de choses plus importantes pour nous, notamment partager avec les gens.

Luc Sirois

« On a eu énormément de plaisir à vendre et à donner », confie l’ingénieur et dirigeant, qui apprécie sa nouvelle vie en condo, notamment grâce à un aménagement bien pensé.

Des éléments bien proportionnés

  • Geneviève Simard aime créer un effet distinctif dans l’entrée, surtout si celle-ci n’est pas très grande : « On a choisi un papier peint de style mid-century avec Kara. Il donne un punch et délimite l’espace. Il y a souvent beaucoup de fenêtres dans les nouveaux condos, ce qui est un problème en déco parce qu’on n’a plus de murs pour faire des accents. Alors quand il y en a un de libre, je l’exploite ! »

    PHOTO MARTIN CHAMBERLAND, LA PRESSE

    Geneviève Simard aime créer un effet distinctif dans l’entrée, surtout si celle-ci n’est pas très grande : « On a choisi un papier peint de style mid-century avec Kara. Il donne un punch et délimite l’espace. Il y a souvent beaucoup de fenêtres dans les nouveaux condos, ce qui est un problème en déco parce qu’on n’a plus de murs pour faire des accents. Alors quand il y en a un de libre, je l’exploite ! »

  • Héritage familial, ce petit bureau ancien donne du cachet et sert de poste de travail supplémentaire. Les quatre éléments qui le surplombent habillent le mur, et quelques touches de doré réveillent les tons ébène et bleu, omniprésents dans le condo.

    PHOTO MARTIN CHAMBERLAND, LA PRESSE

    Héritage familial, ce petit bureau ancien donne du cachet et sert de poste de travail supplémentaire. Les quatre éléments qui le surplombent habillent le mur, et quelques touches de doré réveillent les tons ébène et bleu, omniprésents dans le condo.

  • « On n’est pas très télé, mais en ce moment, on en profite pour voir des spectacles en webdiffusion. Aussi, on voulait se retrouver au salon comme si on était autour d’un feu, mais c’était impossible à cause de la configuration de la pièce. Geneviève a trouvé la solution en concevant des canapés en demi-cercle parfaitement adaptés à l’espace et en choisissant une table ronde », dit M. Sirois.

    PHOTO MARTIN CHAMBERLAND, LA PRESSE

    « On n’est pas très télé, mais en ce moment, on en profite pour voir des spectacles en webdiffusion. Aussi, on voulait se retrouver au salon comme si on était autour d’un feu, mais c’était impossible à cause de la configuration de la pièce. Geneviève a trouvé la solution en concevant des canapés en demi-cercle parfaitement adaptés à l’espace et en choisissant une table ronde », dit M. Sirois.

  • Le propriétaire a pris en photo les objets et les bricolages des enfants qui lui tenaient à cœur avant de s’en départir, dans le but de faire des montages souvenirs. Geneviève Simard a intégré un coin réservé à cette activité dans le prolongement du meuble multimédia. Habillée de bois, cette zone tranche avec le papier peint au fini béton coordonné à la colonne structurale.

    PHOTO MARTIN CHAMBERLAND, LA PRESSE

    Le propriétaire a pris en photo les objets et les bricolages des enfants qui lui tenaient à cœur avant de s’en départir, dans le but de faire des montages souvenirs. Geneviève Simard a intégré un coin réservé à cette activité dans le prolongement du meuble multimédia. Habillée de bois, cette zone tranche avec le papier peint au fini béton coordonné à la colonne structurale.

  • Dans la cuisine, les nombreuses armoires et les tiroirs profonds en partie basse suffisent à ranger toute la vaisselle nécessaire, sans superflu.

    PHOTO MARTIN CHAMBERLAND, LA PRESSE

    Dans la cuisine, les nombreuses armoires et les tiroirs profonds en partie basse suffisent à ranger toute la vaisselle nécessaire, sans superflu.

  • Les propriétaires ont la chance d’avoir une vue dégagée sur le fleuve, ce qui procure un sentiment de liberté, de tranquillité et de grandeur.

    PHOTO MARTIN CHAMBERLAND, LA PRESSE

    Les propriétaires ont la chance d’avoir une vue dégagée sur le fleuve, ce qui procure un sentiment de liberté, de tranquillité et de grandeur.

  • Le lit mural réalisé sur mesure par Limuro est dissimulé derrière des portes immaculées. « Je ne voulais pas que ce soit une boîte trop carrée, alors on a peaufiné le meuble avec des tablettes contrastantes en bois sur lesquelles sont exposés des livres et des objets », note la styliste Geneviève Simard.

    PHOTO MARTIN CHAMBERLAND, LA PRESSE

    Le lit mural réalisé sur mesure par Limuro est dissimulé derrière des portes immaculées. « Je ne voulais pas que ce soit une boîte trop carrée, alors on a peaufiné le meuble avec des tablettes contrastantes en bois sur lesquelles sont exposés des livres et des objets », note la styliste Geneviève Simard.

  • Ouvert, le lit mural est positionné pour maximiser le confort de Katherine quand elle vient chez ses parents. Elle peut même regarder la télévision quand elle est couchée.

    PHOTO MARTIN CHAMBERLAND, LA PRESSE

    Ouvert, le lit mural est positionné pour maximiser le confort de Katherine quand elle vient chez ses parents. Elle peut même regarder la télévision quand elle est couchée.

  • La fusée de Tintin a trouvé bonne place dans l’un des casiers du lit mural.

    PHOTO MARTIN CHAMBERLAND, LA PRESSE

    La fusée de Tintin a trouvé bonne place dans l’un des casiers du lit mural.

  • Le couple aime se retrouver pour jaser sur les fauteuils de sa chambre avant d’aller se coucher. Les tons sarcelle, or et bleu-gris confèrent une ambiance douce à ce havre de paix.

    PHOTO MARTIN CHAMBERLAND, LA PRESSE

    Le couple aime se retrouver pour jaser sur les fauteuils de sa chambre avant d’aller se coucher. Les tons sarcelle, or et bleu-gris confèrent une ambiance douce à ce havre de paix.

  • L’une des deux salles de bains est attenante à la chambre principale, l’autre étant destinée au fils de la famille, âgé de 19 ans, qui a laissé sa chambre d’étudiant pour retourner vivre chez ses parents. Cette pièce aveugle est très enveloppante grâce au choix de teintes foncées.

    PHOTO MARTIN CHAMBERLAND, LA PRESSE

    L’une des deux salles de bains est attenante à la chambre principale, l’autre étant destinée au fils de la famille, âgé de 19 ans, qui a laissé sa chambre d’étudiant pour retourner vivre chez ses parents. Cette pièce aveugle est très enveloppante grâce au choix de teintes foncées.

1/11
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Réduire sa superficie habitable nécessite de faire du vide, mais aussi d’aménager son espace sans se sentir à l’étroit. « Je suis tombée amoureuse avec l’intérieur que Geneviève Simard avait fait qui était paru dans La Presse. C’était beau, chaleureux, créatif. Ça nous a donné le goût de la joindre pour qu’elle nous accompagne dans ce projet-là, qu’elle puisse répondre à tous nos besoins et que ce soit esthétique », raconte Kara Gagnon.

> (Re)lisez le texte de La Presse

La confiance mutuelle a été instantanée entre la styliste et les propriétaires. « Ils avaient des aspirations très précises et m’ont donné quatre mots clés lors de notre première rencontre : créatif, ouvert, famille et accueillant, explique Geneviève Simard. Les gens achètent des condos et ils s’aperçoivent que c’est petit quand ils y mettent leurs meubles. C’est encore plus difficile quand on achète sur plan, et trouver des solutions pour les petits espaces est d’ailleurs devenu ma spécialité. C’est important de choisir les bonnes proportions pour que la circulation reste fluide, que l’ensemble soit harmonieux et équilibré pour être agréable à vivre. »

PHOTO DREW HADLEY, FOURNIE PAR GENEVIÈVE SIMARD

La styliste Geneviève Simard

Le salon représentait la pièce la plus importante pour les maîtres des lieux. Ils voulaient qu’il soit rassembleur afin d’y passer des soirées à regarder des photos souvenirs, à s’adonner jouant à des jeux sur la table ou simplement à jaser. La styliste a fait beaucoup de recherches pour finalement créer un mobilier sur mesure avec Meubles RENO.

« On a fait des croquis ensemble, et c’est avec la forme en demi-lune des divans qu’on a trouvé la bonne dynamique. De surcroît, la rondeur des sièges adoucit la pièce rectangulaire. Luc voulait aussi une zone pour faire des montages vidéo et photo. J’ai donc travaillé le grand mur pour que le petit bureau et l’espace multimédia soient bien intégrés », poursuit-elle.

Autre inconvénient dans les condos neufs : le manque de rangement. L’Ébénisterie Groupe Multi-Décors a donc conçu avec la styliste un meuble-télé flottant sans poignées, parfait pour alléger l’espace tout en assurant un grand volume de stockage.

Un mobilier polyvalent

Katherine reste souvent chez ses parents les fins de semaine, parce qu’elle est encore dans une chambre d’étudiante jusqu’en mai, alors il fallait lui prévoir un coin spécial. « J’ai opté pour un lit escamotable, mais je voulais qu’il ait l’air d’une belle armoire intégrée ; on a donc mis des poignées décoratives dorées et des portes blanc lustré inspirées du matériau de la cuisine pour créer un rappel », précise Geneviève Simard.

Un mobilier multifonctionnel, bien proportionné, ainsi que des rangements discrets pour désencombrer s’imposent comme des éléments fondamentaux pour se sentir bien dans un petit espace, mais il faut aussi choisir une palette de teintes et un design aux goûts des occupants.

Kara adore l’époque mid-century, le turquoise, le bleu, alors j’ai joué avec ce style et ces teintes-là, qui évoquent la couleur du fleuve voisin.

Geneviève Simard, styliste

Les nouveaux citadins aiment vraiment leur condo et trouvent qu’ils ont plus de temps de qualité ici qu’en banlieue. « Une maison demande plus d’entretien, de réparations. C’était bien quand les enfants étaient petits, mais là, on peut aller au musée, au spectacle à pied, même si tout n’est pas possible en ce moment à cause de la COVID. On se réapproprie Montréal en marchant, comme le font les touristes. Et pour ma part, je n’ai jamais fait autant de ski de fond qu’ici ! », assure Luc Sirois.

Vous avez aussi récemment quitté la banlieue ou la campagne pour la ville ? La Presse aimerait connaître votre histoire. Écrivez-nous à inspiration@lapresse.ca

> Consultez le site de Geneviève Simard

> Écrivez-nous