Un chalet abandonné situé au bord du lac des Écorces, à Barkmere, en vente pour 265 000 $, a suscité beaucoup de curiosité cette semaine sur les réseaux sociaux, amenant certains à se demander quelle mouche a piqué le marché immobilier des Laurentides.

Valérie Simard Valérie Simard
La Presse

Bien que, oui, le marché soit vigoureux au nord de Montréal — dans l’agglomération de Sainte-Agathe-des-Monts, le prix médian des maisons unifamiliales a bondi de 49 % au deuxième trimestre de 2020 par rapport à la même période en 2019, pour s’établir à 270 000 $ —, cette propriété n’est pas le symbole d’une explosion récente des prix.

PHOTO TIRÉE DU SITE INTERNET DU COURTIER

Comme en témoignent les photos, le bâtiment est abandonné.

Vendue dans le cadre d’une reprise de justice, donc sans garantie légale, elle compte deux lots d’une superficie totalisant plus de 15 000 m2, selon le registre foncier de la MRC des Laurentides. « Nous la vendons moins cher que l’évaluation municipale des deux terrains qui est de 281 800 $ », explique le courtier immobilier Raymond Favreau, de Royal Lepage Habitations. Le bâtiment, un chalet sur pilotis de trois chambres, est pour sa part évalué à 52 700 $.

À titre d’exemple, en bordure du lac des Écorces, on retrouve actuellement sur le marché des terrains d’environ 5500 m2 en vente à 109 900 $ et 239 900 $, et un de près de 6600 m2 à 249 900 $.

PHOTO TIRÉE DU SITE INTERNET DU COURTIER

Le chalet compte trois chambres et une salle de bains.

Sur le marché depuis un mois et demi, la propriété suscite de l’engouement. M. Favreau souligne avoir reçu de nombreux appels et même des offres d’achat. Mais selon lui, ce type de produit s’adresse à une clientèle très ciblée puisque le terrain est très accidenté et que le bâtiment actuel est construit à l’intérieur de la bande riveraine. Le démolir pour reconstruire à neuf signifierait de devoir ériger le nouveau bâtiment en dehors de cette zone de protection. « Pour certains, le bâtiment est récupérable, mais il faut être très habile ou un professionnel, dit-il. Le mieux serait de le retaper et de l’assainir. »

> Consultez la fiche de la propriété