(Hérat) Les hommes et les femmes sont à nouveau autorisés à manger ensemble dans les restaurants de la ville d’Hérat, dans l’ouest de l’Afghanistan, où les autorités talibanes avaient tenté d’imposer une ségrégation entre sexes, a-t-on appris samedi auprès de certains établissements.

Publié le 14 mai
Agence France-Presse

« Les restrictions ont été levées et les restaurants peuvent à nouveau autoriser les familles à manger ensemble », a déclaré à l’AFP Jawad Tawangar, réceptionniste dans un restaurant d’Hérat.

Un responsable du ministère de la Promotion de la vertu et de la prévention du vice à Hérat, Riazullah Seerat, avait indiqué jeudi à l’AFP que les autorités avaient ordonné que « les hommes et les femmes soient séparés dans les restaurants ».

Il avait souligné que les propriétaires avaient été avertis verbalement de cette mesure, qui s’appliquait même à ceux qui sont « mari et femme ».

Plusieurs gérants de restaurants et clients avaient confirmé à l’AFP que cette ségrégation avait commencé à être appliquée dans la ville.

Les autorités talibanes ont nié samedi avoir jamais imposé une telle interdiction. « Ces informations sont sans fondement et fausses, nous les nions complètement […] Jamais une telle chose n’a été ordonnée », a affirmé dans un communiqué Mohammad Sadeq Akif Muhajir, le porte-parole national du ministère de la Promotion de la vertu et de la prévention du vice.

Les Afghans « peuvent aller librement avec leur famille au restaurant, manger, boire un thé […], il n’y a aucun problème. Ces rumeurs sont absolument infondées et fausses », a-t-il insisté.

Selon M. Tawangar toutefois, les talibans avaient bien mis en œuvre cette interdiction, « ce qui malheureusement avait causé des problèmes aux restaurants », lesquels avaient dû présenter leurs excuses à de nombreux clients pour ne pas pouvoir les laisser manger ensemble.

« Pendant plusieurs jours, nous n’avons pas pu laisser les familles s’asseoir ensemble et manger, mais maintenant le problème est résolu et tout est revenu à la normale », a confirmé Zia-ul-Haq, propriétaire d’un autre restaurant d’Hérat.

Depuis leur arrivée au pouvoir en août, les talibans ont progressivement rogné les libertés des femmes et imposé des formes de ségrégation entre les deux sexes, conformément à leur interprétation ultra-rigoriste de la charia, la loi islamique.

Ils avaient initialement promis de se montrer plus souples que sous leur précédent régime entre 1996 et 2001, lorsque les femmes étaient privées de presque tout droit.

Mais ils ont rapidement renié leurs engagements, excluant largement les femmes des emplois publics, leur interdisant l’accès à l’école secondaire ou encore restreignant leur droit à se déplacer.

La semaine passée, ils ont aussi promulgué un décret imposant aux femmes le port du voile intégral en public.