(Washington) Les États-Unis, déjà engagés dans une course contre la montre avant leur retrait d’Afghanistan pour évacuer les Afghans ayant travaillé pour l’armée américaine, ont assuré être prêts à accueillir des milliers d’autres personnes menacées par les talibans, sans cacher un certain sentiment d’impuissance.

Francesco FONTEMAGGI Agence France-Presse

Face à « la hausse de la violence de la part des talibans », le département d’État a annoncé lundi que certains de ces Afghans pourraient « bénéficier des programmes d’admission de réfugiés aux États-Unis ».

Cette décision « étend la possibilité de relocalisation permanente aux États-Unis à plusieurs milliers d’Afghans et aux membres de leur famille immédiate qui pourraient être en danger en raison de leur proximité avec les Américains, mais qui ne sont pas éligibles aux visas d’immigration spéciaux » actuellement octroyés à une partie des interprètes, traducteurs et autres auxiliaires afghans de l’armée américaine, a-t-il précisé.

Le président américain Joe Biden a fixé au 31 août la date butoir pour le retrait total des forces américaines d’Afghanistan, juste avant le 20e anniversaire des attentats du 11 septembre 2001 qui avaient déclenché leur intervention.

Mais les talibans ont lancé une offensive généralisée, faisant craindre qu’ils ne s’emparent du pouvoir au départ des forces étrangères et qu’ils ne se vengent contre les Afghans qui ont travaillé pour ces dernières.

« Nous avons une responsabilité particulière à leur égard. Ils ont été à nos côtés, nous serons à leurs côtés », a promis le chef de la diplomatie américaine Antony Blinken devant la presse, reconnaissant que « la peur de persécution et représailles » ne ferait qu’augmenter à la faveur du départ des soldats internationaux.

PHOTO MARIAM ZUHAIB, ARCHIVES ASSOCIATED PRESS

D’anciens interprètes afghans lors d’une manifestation le 30 avril 2021 à Kaboul, en Afghanistan, demandant aux autorités militaires américaines de ne pas les abandonner comme l’ont été les interprètes vietnamiens lors de la chute de Saïgon, le 30 avril 1975.

Pour les évacuer, la diplomatie américaine a commencé à leur fournir des visas d’immigration spéciaux. Deux premiers groupes de 400 personnes en tout sont arrivés vendredi et lundi aux États-Unis, sur 4000 ayant franchi les étapes pour l’obtention de ce visa et qui sont attendues dans les prochaines semaines, selon le secrétaire d’État.

D’autres, dont le processus n’est pas aussi avancé, doivent être mis à l’abri dans des bases américaines à l’étranger le temps d’attendre leur visa.

Mais quelque 20 000 Afghans ayant travaillé pour l’armée américaine ont demandé à être accueillis aux États-Unis, selon la Maison-Blanche, et leur nombre pourrait s’élever à 100 000 selon certaines estimations si l’on compte les membres de leurs familles. Et tous ne sont pas éligibles à ces visas spéciaux.

12 à 14 mois

D’autres Afghans qui ont travaillé pour des organisations non gouvernementales ou des médias américains sont aussi menacés sans pouvoir obtenir ces visas.

Le gouvernement Biden est donc sous pression, notamment d’élus républicains comme démocrates, pour en faire davantage.

D’où l’idée de les faire bénéficier d’un des programmes d’admission des réfugiés aux États-Unis.

Mais ce processus est long et complexe : les candidats au statut de réfugié doivent ainsi être recommandés par leur employeur actuel ou ancien. À l’inverse des demandeurs de visas spéciaux, Washington n’a pas prévu d’évacuer ces futurs réfugiés et ils doivent quitter l’Afghanistan par leurs propres moyens.

Ce n’est qu’une fois qu’ils auront rejoint un pays tiers que leur demande commencera à être examinée, ce qui prend ensuite douze à quatorze mois.

Un parcours compliqué dans une région où les voisins de l’Afghanistan sont parfois jugés proches des talibans, comme le Pakistan, ou sont des ennemis des États-Unis, comme l’Iran.

« C’est incroyablement difficile », a reconnu sans détour Antony Blinken au sujet de ces personnes poussées à tout quitter.

Au-delà, ce sont des millions d’autres Afghans qui pourraient être en péril en cas d’arrivée des talibans au pouvoir, mais ne sont pas concernés par les décisions annoncées par Washington — le secrétaire d’État a lui-même évoqué « les femmes et les filles » qui « ressentent un sentiment aigu de menace, et de peur, pour leur avenir ».

Mais, interrogé sur leur sort, il n’a pu que les inciter à s’exiler pour ensuite demander, par la voie traditionnelle qui offre beaucoup moins de garanties, l’asile aux États-Unis.