(Téhéran) Les autorités de Téhéran ont annoncé mardi 135 décès supplémentaires causés par la maladie COVID-19, ce qui porte à 988 le bilan officiel de l’épidémie de nouveau coronavirus en Iran, un des pays le plus touchés après la Chine.

Agence France-Presse

Selon le porte-parole du ministère de la Santé, Kianouche Jahanpour, plus de 1178 nouveaux cas de contamination ont été confirmés au cours des dernières 24 heures.

« Cela porte le nombre total des cas confirmés à 16 169 personnes », a déclaré M. Jahanpour lors de son point de presse quotidien télévisé.

Selon le porte-parole, environ un tiers (5389 patients) a guéri et ces personnes sont « globalement en bonne santé ».

La province de Téhéran reste celle où sont recensés le plus de nouveaux cas d’infection (273), selon les chiffres égrainés par M. Jahanpour, qui a enjoint une nouvelle fois les Iraniens à rester chez eux.

M. Jahanpour a également appelé la population à déclarer en ligne via un site spécial du ministère tout symptôme pouvant faire penser au nouveau coronavirus.

« En date de ce matin, plus de 15 millions de nos concitoyens » (sur une population de plus de 80 millions d’habitants) se sont manifestés sur ce site, qui identifie les déclarants à partir de leur numéro de sécurité sociale, et les aiguille vers les services adéquats en fonction des symptômes indiqués, a précisé le porte-parole.

Fait rare, l’Iran a annoncé lundi la fermeture de quatre importants lieux saints chiites pour tenter d’endiguer l’épidémie.

Alors qu’approche le congé du Nouvel An iranien (du 19 mars au 3 avril), qui met traditionnellement tout le pays sur les routes, les autorités iraniennes appellent les gens à s’abstenir de tout voyage et à prendre le virus « au sérieux ».

Pour dissuader les gens de bouger, plusieurs provinces ont ordonné la fermeture des hôtels.

Dernière mesure en date, les célébrations de la traditionnelle fête du feu persane (occasion de joyeux rassemblements sur la voie publique) qui devaient commencer mardi soir ont été interdites à Téhéran et dans plusieurs provinces, selon l’agence officielle Irna.