(Dubaï) Le nouveau coronavirus a touché lundi quatre nouveaux pays du Moyen-Orient, le Koweït, Bahreïn, l’Irak et Oman annonçant les premiers cas de personnes infectées par le virus et précisant qu’elles revenaient de l’Iran voisin ayant enregistré 12 décès.

Agence France-Presse

Au Koweït, le ministère de la Santé a fait état de trois personnes testées positives au virus : un ressortissant koweïtien de 53 ans, un Saoudien de 61 ans et un apatride de 21 ans.

Elles revenaient toutes les trois de la ville iranienne de Machhad (nord-est).

Le ministère de la Santé bahreïni a indiqué de son côté qu’un Bahreïni revenant d’Iran avait été contaminé, précisant que l’homme était un chauffeur transportant des écoliers. Les trois écoles fréquentées par ces élèves ont été fermées par mesure de précaution.

PHOTO ANMAR KHALIL, AP

Des préposés des services sanitaires irakiens prennent la température de voyageurs arrivant d'Iran, à l'aéroport de Najaf, en Irak, le 21 février.

Tous ces élèves devraient être examinés pour s’assurer qu’ils n’ont pas infectés, a ajouté le ministère.   

Selon la télévision d’État omanaise, deux Omanaises de retour d’Iran ont été testées positives au COVID-19 et sont dans un état stable.

L’Irak a annoncé un premier cas confirmé, un étudiant iranien en religion dans la ville sainte de Najaf (sud).

De nombreux citoyens des pays arabes du Golfe, de confession chiite, se rendent fréquemment en Iran pour des pèlerinages sur les lieux saints chiites du pays.

L’annonce de ces cas, qui viennent s’ajouter à ceux déjà enregistrés aux Émirats arabes unis, a déprimé les places financières du Golfe d’autant plus que le prix du baril a perdu 4 % en raison d’inquiétudes sur les risques de propagation de l’épidémie de pneumonie virale hors de Chine.

Les sept Bourses du Golfe ont clôturé dans le rouge, le marché saoudien en tête avec des pertes de 2,95 %.

Vols suspendus

La multiplication de cas d’infection en Iran, devenu le principal foyer de l’épidémie dans la région, a poussé de nombreux pays voisins à fermer leurs frontières ou à restreindre les échanges avec ce pays.

Le Koweït a suspendu les vols la semaine dernière, mais organisé des opérations d’évacuation de ses citoyens d’Iran. Il a également fermé ses ports aux navires en provenance d’Iran.

L’autorité de l’aviation civile d’Oman a annoncé lundi sur Twitter la suspension immédiate des vols avec l’Iran.

Bagdad a interdit les voyages vers et depuis l’Iran jeudi, mais la direction de la Santé de Najaf a affirmé lundi que le premier malade d’Irak était entré « avant l’interdiction d’entrée sur le territoire prononcée contre les Iraniens ».

Les autorités irakiennes ont aussi annoncé la fermeture du point de passage de Safwane avec le Koweït, tandis que le Qatar a indiqué qu’il soumettrait les passagers venant de l’Iran et de la Corée du Sud à une quarantaine de 14 jours.

Aux Émirats, treize cas ont été recensés, dont les deux derniers étaient venus d’Iran. Trois de ces malades ont guéri, selon les autorités.

Lundi, Abou Dabi a appelé ses citoyens à « s’abstenir de voyager en Iran et en Thaïlande jusqu’à nouvel ordre » afin de limiter les risques de propagation de l’épidémie.

Au total, près de 2600 personnes ont succombé de l’épidémie en Chine où le nouveau coronavirus est apparu en décembre sur 77 000 cas de contamination.