(Washington) Le chef de la diplomatie américaine Mike Pompeo a accusé mardi l’Iran de renforcer ses compétences dans le domaine des missiles balistiques par le biais du lancement d’un satellite, et a appelé à exercer davantage de pression sur le régime de Téhéran.

Agence France-Presse

« Les technologies utilisées pour mettre des satellites en orbite sont pratiquement identiques et interchangeables » avec celles utilisées notamment pour « les missiles balistiques intercontinentaux », a dénoncé le secrétaire d’État.  

PHOTO MINISTÈRE DE LA DÉFENSE IRANIEN, VIA AP

Le lanceur Zafir dans sa rampe de lancement avant sa mise à feu dimanche dernier, au centre spatial Imam-Khomeini, dans la province de Semnan, à 230 km au sud-est de Téhéran.

L’Iran a échoué dimanche à mettre en orbite un nouveau satellite d’observation scientifique dans le cadre d’un programme spatial que le pays dit « pacifique », mais que les États-Unis ont qualifié de « provocation ».

« Nous continuerons à exercer une pression énorme sur le régime pour qu’il modifie son comportement », a prévenu Mike Pompeo dans un communiqué, dénonçant les « activités dangereuses » de l’Iran en matière de missiles balistiques.

Ce lancement intervient dans un contexte de tensions accrues entre Téhéran et Washington depuis le retrait unilatéral des États-Unis en mai 2018 d’un accord sur le programme nucléaire iranien, exacerbées ces dernières semaines en raison de la frappe américaine ayant tué le général iranien Qassem Soleimani.