(Nations unies) L’ONU s’attend à devoir aider en 2021 cinq millions d’Afghans de plus que cette année, en raison de la crise de la COVID-19 et d’une augmentation des affrontements, a indiqué mardi un responsable onusien.

Agence France-Presse

« Le besoin augmente » et « un financement (de l’aide) est urgemment nécessaire », a souligné lors d’une conférence de presse le secrétaire général adjoint par intérim des Affaires humanitaires de l’ONU, Ramesh Rajasingham.

Le responsable onusien, qui revient d’un voyage en Afghanistan, a notamment mis en avant les hivers très rigoureux que connaît habituellement ce pays.

L’augmentation des besoins vient « de la crise de la COVID-19, d’affrontements croissants et des déplacements » de population, a-t-il dit.

16 millions de nécessiteux en 2021

« Nous passons d’une situation où nous avions demandé pour 2020 un soutien pour environ 11 millions de personnes à l’estimation qu’elles seront 16 millions l’année prochaine », a déclaré Ramesh Rajasingham.

Lundi, le président afghan, Ashraf Ghani, a dit souhaiter que les négociations de paix entre le gouvernement et les talibans se poursuivent en Afghanistan, plutôt qu’au Qatar, jugeant indécent pour la population afghane qu’elles se déroulent dans des hôtels luxueux.

Ouverts en septembre à Doha, ces pourparlers qui font suite à un accord historique entre les États-Unis et les talibans conclu en février au Qatar, ont été suspendus et reprendront le 5 janvier. Les États-Unis ont accepté de retirer toutes leurs troupes d’Afghanistan d’ici mai 2021 en échange de garanties en matière de sécurité et d’un engagement des talibans à discuter avec Kaboul.