(Beyrouth) Le chef du Hezbollah Hassan Nasrallah a affirmé vendredi soir qu’il ne se sentira pas concerné par le verdict du Tribunal spécial pour le Liban (TSL), qui juge quatre membres présumés de sa formation pour l’assassinat de l’ancien premier ministre libanais Rafic Hariri.

Agence France-Presse

« Nous ne nous considérons pas concernés par les décisions du TSL », a déclaré le secrétaire du parti libanais pro-iranien dans un discours télévisé, alors que ce tribunal doit annoncer le 18 août son verdict dans le procès de quatre membres présumés du Hezbollah accusés d’avoir participé à l’assassinat de Rafic Hariri.

PHOTO JOSEPH BARRAK, ARCHIVES AGENCE FRANCE-PRESSE

L’ancien premier ministre Rafic Hariri a été tué en février 2005, lorsqu’un kamikaze a fait sauter une camionnette remplie d’explosifs au passage de son convoi blindé.

« Pour nous, ce sera comme si la décision n’avait pas été annoncée », a-t-il ajouté. « Si nos frères sont condamnés injustement, comme nous nous y attendons, nous resterons attachés à leur innocence », a poursuivi Hassan Nasrallah, rappelant qu’il avait déjà par le passé rejeté à l’avance les décisions du TSL.

L’annonce du verdict, initialement prévue le 7 août, avait été reportée au 18 août à la suite de l’explosion meurtrière au port de Beyrouth il y a dix jours, qui a fait plus de 170 morts et 6500 blessés. Le fils de Rafic Hariri, l’ancien premier ministre Saad Hariri, devrait se rendre à La Haye, aux Pays-Bas, pour assister à l’audience.

L’ancien premier ministre et milliardaire sunnite Rafic Hariri a été tué en février 2005, lorsqu’un kamikaze a fait sauter une camionnette remplie d’explosifs au passage de son convoi blindé sur le front de mer de Beyrouth. Cet attentat a couté la vie à 21 autres personnes et fait 226 blessés.

Les quatre accusés, tous membres présumés du Hezbollah, sont jugés par contumace. Le mouvement chiite, qui a rejeté toute responsabilité dans l’assassinat, a refusé de livrer les suspects malgré plusieurs mandats d’arrêt émis par le TSL.

Hassan Nasrallah a mis en garde contre le fait que « certains tenteront d’exploiter le TSL pour cibler la résistance et le Hezbollah » et a appelé ses partisans à « se montrer patients » en cas de réactions les visant dans la rue après l’énoncé du verdict.