(Téhéran) Le guide suprême iranien a réaffirmé dimanche son opposition à tout dialogue avec Washington à l’occasion d’un discours prononcé pour le 40e anniversaire de la prise d’otages à l’ambassade des États-Unis à Téhéran, que l’Iran marquera lundi.

Agence France-Presse

« L’opposition constante à des négociations avec les États-Unis est l’un des instruments importants dont dispose l’Iran pour les empêcher de prendre pied dans notre cher pays », a déclaré l’ayatollah Ali Khamenei dans cette allocution, selon des morceaux choisis publiés sur son compte Twitter officiel en persan.

« Cette mesure dictée par la logique interdit à l’Amérique de réinfiltrer l’Iran et est une preuve du pouvoir et de la puissance véritables de l’Iran et montre que la puissance [des États-Unis] n’est que fiction », a ajouté le numéro un iranien.

« Ceux qui voient dans des négociations avec les États-Unis la solution à tous les problèmes sont assurément dans l’erreur ; discuter avec les Américains ne mènera à rien car il est acquis d’avance et sans aucun doute que cela n’aboutira à rien » en retour, a déclaré M. Khamenei.

PHOTO BUREAU DU GUIDE SUPRÊME IRANIEN VIA AP

« Si les responsables politiques iraniens avaient été suffisamment naïfs pour s’asseoir et négocier [avec Washington], la pression des sanctions [américaines contre la République islamique] n’aurait pas été réduite, mais cela aurait simplement ouvert une nouvelle voie permettant (à l’Amérique) d’exprimer de nouvelles attentes » vis-à-vis de l’Iran, a estimé le guide.

Selon lui, « les Américains falsifient l’Histoire et prétendent que les différends entre l’Iran et les États-Unis découlent de la prise de l’ambassade » des États-Unis à Téhéran le 4 novembre 1979.

« NON ! Cela remonte au coup d’État de 1953, lorsque les États-Unis ont renversé [le] gouvernement [du premier ministre Mohammad Mossadegh] et établi un gouvernement corrompu et à leur solde », ajoute le compte Twitter de M. Khamenei en anglais.