(Téhéran) L’Iran a confirmé lundi qu’une explosion a eu lieu dans son principal centre spatial, critiquant le président Trump pour avoir réagi «avec joie» à ce sujet.

Agence France-Presse

M. Trump a assuré vendredi sur Twitter que les États-Unis n’étaient «pas impliqués» dans «l’accident catastrophique» survenu avant le tir du «lanceur de satellite Safir sur le site de lancement» du centre spatial Semnan, dans le nord de l’Iran.  

Il avait accompagné son message d’un cliché pris par les services de renseignement américains.

Dans un premier temps, les autorités iraniennes ont démenti tout incident. Lundi, le porte-parole du gouvernement iranien Ali Rabiei a finalement confirmé l’explosion.

AP

Ali Rabiei

«L’explosion a eu lieu sur le site de lancement et le satellite n’avait pas encore été transféré là-bas», a assuré M. Rabiei à la télévision d’État.

Prises le 29 août, des photos, obtenues de la part de la société Maxar Technologies, montrent une colonne de fumée noire s’élever d’une rampe de lancement du centre de Semnan.

«Heureusement, personne n’a été tué dans cet indicent. C’était un problème technique», a assuré M. Rabiei.

Le porte-parole a ensuite accusé les ennemis de l’Iran de vouloir «faire croire qu’ils sont capables d’infiltrer nos organisations pour de l’espionnage et du sabotage».

Le porte-parole a également critiqué le tweet de M. Trump. «Nous ne savons pas pourquoi le président américain publierait une photo d’un satellite, et traiterait ce sujet avec joie», a-t-il dit.

«Heureusement, nos connaissances dans ce secteur (spatial) progressent chaque jour», a-t-il affirmé.

Les relations entre Téhéran et Washington se sont tendues depuis que les États-Unis se sont unilatéralement retirés en mai 2018 d’un accord sur le nucléaire iranien et rétabli de dures sanctions contre l’Iran.

Conclu en 2015 entre l’Iran et les grandes puissances, l’accord avait permis la levée d’une partie des sanctions contre Téhéran en échange de l’engagement iranien de ne pas se doter de l’arme nucléaire.