(Kaboul) Deux soldats américains ont été tués mercredi en Afghanistan, a annoncé l’OTAN, au lendemain d’une visite du secrétaire d’État Mike Pompeo à Kaboul, qui a espéré parvenir à un accord de paix avec les talibans « avant le 1er septembre ».

Agence France-Presse

L’identité des deux hommes et les circonstances de leur mort n’ont pas été précisées dans le communiqué de la mission de l’OTAN Resolute support, dont le but est de former et de conseiller les forces afghanes.

Les talibans ont revendiqué mercredi dans un communiqué une embuscade dans la province du Wardak, proche de Kaboul, qui a tué deux soldats américains. L’AFP n’a pu confirmer auprès de l’OTAN s’il s’agissait de la même attaque.

Au moins neuf soldats américains ont été tués depuis le début de l’année dans le pays, contre 12 au total en 2018. Début avril, un attentat-suicide au véhicule piégé contre un convoi militaire avait déjà tué trois soldats américains.

Près de 2300 militaires américains sont morts et plus de 20 400 ont été blessés en Afghanistan depuis fin 2001, lorsqu’une coalition internationale menée par les États-Unis a chassé les talibans du pouvoir.

Le nombre des morts dans les rangs américains a toutefois fortement chuté après 2014, quand la mission de l’OTAN a cessé d’être une mission de combat.

Les États-Unis ont compté jusqu’à 100 000 soldats en Afghanistan au sommet de leur présence.

Quelque 14 000 s’y trouvent encore dans le cadre de Resolute support, qui voit aussi Washington fournir un important soutien aérien aux troupes afghanes.  

En janvier, le président afghan Ashraf Ghani avait de son côté affirmé que 45 000 membres des forces de sécurité nationales avaient été tués depuis qu’il avait pris ses fonctions en septembre 2014.

Depuis l’été dernier, des négociations sont en cours entre les États-Unis et les talibans pour mettre un terme à 17 années de conflit.

Ces deux dernières victimes américaines  font « comprendre » aux États-Unis « la nécessité de réussir l’ensemble de la mission que nous avons entreprise en Afghanistan » pour « une réconciliation » et afin de « réduire le niveau de risque » auxquels Afghans et Américains sont confrontés, a observé le secrétaire d’État américain Mike Pompeo depuis New Delhi.

Mardi, M. Pompeo, lors d’une brève visite surprise à Kaboul, avait espéré un accord de paix avec les talibans « avant le 1er septembre ».

À Bruxelles, le secrétaire général de l’OTAN Jens Stoltenberg a de son côté présenté ses condoléances aux familles des deux soldats. Leur mort « renforce le message de paix », a-t-il souligné.

Des représentants des États-Unis et des talibans doivent se retrouver le 29 juin à Doha. Les deux parties peinent toutefois à s’entendre sur l’ensemble des demandes américaines.

« On n’est d’accord sur rien si l’on n’est pas d’accord sur tout », a récemment tweeté l’envoyé spécial américain pour la paix en Afghanistan Zalmay Khalilzad.