Source ID:39875a76db3e3824ad3a71f73a8f9aa5; App Source:StoryBuilder

Des missiles chargés sur des voiliers cités comme «menace» iranienne

Les boutres sont un type de voilier traditionnel... (PHOTO AFP)

Agrandir

Les boutres sont un type de voilier traditionnel dans le monde arabe.

PHOTO AFP

Agence France-Presse
Washington

Des missiles chargés sur des embarcations traditionnelles dans le Golfe figurent parmi les «menaces» invoquées par l'administration du président Donald Trump pour justifier le déploiement militaire au Proche-Orient, a indiqué jeudi un responsable américain.

«Les missiles sur des bateaux civils sont une source d'inquiétude», a indiqué ce responsable ayant requis l'anonymat.  

Il confirmait des informations du New York Times selon lesquelles les services de renseignement américains se sont basés sur des photos de missiles à bord de boutres, ces embarcations traditionnelles du Golfe semblables à des voiliers qui assurent une grande partie du commerce maritime régional.

Ces missiles complètement assemblés étaient chargés dans les boutres par des Gardiens de la révolution, l'armée idéologique de la République islamique, précise le quotidien.

«Ce qui inquiète surtout les militaires et les services de renseignement, c'est l'intention» derrière ces chargements, a précisé le responsable américain.

Sur la radio publique américaine NPR, l'ambassadeur d'Iran à l'ONU, Majid Takht-Ravanchi, n'a pas nié clairement jeudi que des missiles aient été transportés par bateau.

«Nous devons nous préparer», a-t-il dit. «Je ne suis pas en position de parler de niveau de préparation militaire. Mais ce que je peux vous dire, c'est que toutes ces allégations font parties des fausses allégations qui sont dirigées contre l'Iran pour préparer quelque chose comme un conflit, ou une guerre».

L'administration Trump a fait monter la pression sur Téhéran depuis dix jours et a ostensiblement renforcé sa présence militaire dans le Golfe, faisant état de préparatifs iraniens d'attaques contre des intérêts américains dans la région. Mais elle n'a encore donné aucune preuve des menaces dont elle a fait état.




À découvrir sur LaPresse.ca

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer