(Téhéran) Les inondations qui frappent l’Iran depuis le 19 mars ont permis de révéler la « méchanceté » qui est la vraie « nature » du « régime américain », a déclaré mercredi le président iranien Hassan Rohani en conseil des ministres.

Agence France-Presse

« Les Américains ne cessent de répéter : nous sommes en très bons termes avec le peuple iranien, notre problème, c’est le gouvernement iranien », a déclaré M. Rohani dans cette allocution diffusée par la télévision d’État.

Ces inondations « ont été le pire test de l’Histoire pour le gouvernement des États-Unis » et les « dirigeants du régime américain [y] ont révélé leur nature », a-t-il poursuivi.

« S’ils étaient intelligents, ils auraient dû dire : à cause des inondations en Iran, nous allons suspendre les sanctions [américaines contre la République islamique] pour un an », a affirmé M. Rohani.

« Mais les Américains ont non seulement dit qu’ils n’aideraient pas, mais encore qu’ils ne permettraient pas aux Iraniens [de l’étranger] d’envoyer une aide financière par voie bancaire au Croissant-Rouge », a encore dit M. Rohani, pour qui « les Américains ont [ainsi] révélé leur méchanceté et leur inhumanité ».

La Fédération internationale des sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge a estimé lundi que deux millions d’Iraniens avaient besoin d’aide humanitaire du fait des inondations qui ont touché l’Iran à la suite des pluies torrentielles d’une ampleur exceptionnelle qui s’étaient abattues sur une grande partie du territoire.

Début avril, le Croissant-Rouge iranien s’était plaint de ne pouvoir recevoir aucune aide financière de l’Organisation internationale de la Croix-Rouge internationale à cause des sanctions économiques américaines, qui rendent pratiquement impossible toute opération bancaire avec l’Iran.  

Le ministre des Affaires étrangères iranien Mohammad Javad Zarif avait lui accusé Washington de « terrorisme économique », reprochant aux sanctions réimposées par Washington contre l’Iran en 2018 d’entraver les efforts du Croissant-Rouge.

Le secrétaire d’État américain, Mike Pompeo avait répondu à ces allégations en mettant en cause l’« incurie » du régime de Téhéran et en assurant que Washington était « prêt » à participer à l’effort financier pour porter secours aux populations touchées via une contribution « à la Fédération internationale des sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge.

À défaut d’aide financière, l’Iran a reçu contre les inondations une aide en nature de pays comme le Pakistan, l’Allemagne, le Japon, l’Italie ou la France, que M. Rohani a publiquement remerciés mercredi.