(Washington) Donald Trump a annoncé vendredi l’envoi de 1500 soldats supplémentaires au Moyen-Orient, dans un contexte de vives tensions entre les États-Unis et l’Iran.

Agence France-Presse

«Nous voulons être protégés au Moyen-Orient», a déclaré depuis la Maison-Blanche le président américain.  

«Nous allons envoyer un nombre relativement faible de troupes, pour la plupart préventives, et certaines personnes très talentueuses se rendent au Moyen-Orient en ce moment», a dit le locataire de la Maison-Blanche avant de s’envoler vers le Japon. «Ce sera environ 1500 personnes», a-t-il précisé.

Cette annonce intervient au moment où les relations déjà tendues entre Washington et Téhéran se sont envenimées depuis le début du mois : l’Iran a suspendu certains de ses engagements pris en vertu de l’accord de 2015 encadrant son programme nucléaire, un an après le retrait américain de ce texte, tandis que l’administration Trump a renforcé ses sanctions contre l’économie iranienne.

Le chef du Pentagone avait affirmé jeudi que Washington réfléchissait à l’envoi de troupes supplémentaires dans le cadre d’une réflexion pour améliorer «la sécurité» des forces américaines au Moyen-Orient.

Patrick Shanahan avait néanmoins démenti les chiffres qui circulaient dans la presse américaine.  

«Ce n’est pas 10 000, ce n’est pas 5000. Ce n’est pas exact», avait indiqué le secrétaire la Défense.  

Le Pentagone a dépêché dans la région un porte-avions, un navire de guerre, des bombardiers B-52 et une batterie de missiles Patriot, le conseiller à la sécurité nationale de la Maison-Blanche, John Bolton, évoquant «des indications inquiétantes d’escalade» de Téhéran.