Source ID:; App Source:

Yémen: vaste offensive de l'armée contre Al-Qaïda, 27 morts

L'armée yéménite... (Photo REUTERS)

Agrandir

L'armée yéménite

Photo REUTERS

Fawaz AL-HAIDARI
Agence France-Presse
ADEN

Quinze soldats yéménites et 12 membres présumés d'Al-Qaïda ont été tués mardi lors de violents combats dans le sud du Yémen, où l'armée a lancé une vaste offensive pour tenter de déloger les combattants du réseau extrémistes de leurs bastions.

L'offensive de l'armée contre les localités tenues par Al-Qaïda dans les provinces de Chabwa et Abyane intervient dix jours après une série de raids de drones américains et de l'armée yéménite contre des bases et des camps d'entraînement du réseau dans ces régions, qui avaient fait une soixantaine de morts dans ses rangs.

L'accrochage meurtrier a été provoqué par une embuscade tendue par des combattants d'Al-Qaïda contre un convoi de l'armée dans la province de Chabwa, selon des sources militaire, médicale et locale. Le bilan s'élève à 27 morts: 15 soldats et 12 membres présumés d'Al-Qaïda.

«La campagne se poursuivra jusqu'à ce que ces zones soient nettoyées des membres d'Al-Qaïda», a affirmé un responsable militaire qui a requis l'anonymat.

Le ministre de la Défense, Mohamed Nasser Ahmed, se trouve dans le Sud pour superviser l'offensive, lancée sur quatre axes, selon des sources militaires.

Mardi soir, de violents affrontements se déroulaient entre l'armée, épaulée par des milices supplétives, et des combattants extrémistes résistant à l'offensive, selon ces sources.

Un chef des Comités de défense populaire, une milice supplétive de l'armée, Hussein al-Wuhayshi, a affirmé à l'AFP que ses hommes participaient aux combats.

Al-Qaïda: 70% d'étrangers

À Sanaa, le président Abd Rabbo Mansour Hadi a affirmé que des «mesures de sécurité renforcées» avaient été prises dans la capitale, de crainte de représailles du réseau.

«Près de 70% des membres d'Al-Qaïda au Yémen sont des étrangers», a assuré le chef de l'État, lors d'un discours à l'occasion d'une cérémonie de promotion d'officiers.

Selon lui, les autorités gardent les corps de «Français, de Néerlandais, d'Allemands, de Brésiliens et d'Arabes», membres d'Al-Qaïda tués lors de différentes opérations militaires, «que leurs gouvernements ne veulent pas récupérer».

Un haut responsable militaire a précisé que les corps de combattants étrangers étaient au nombre de 30, dont beaucoup de Saoudiens.

Les combattants d'Al-Qaïda se sont repliés sur des localités et des zones montagneuses des provinces de Chabwa et Abyane après avoir été évincés en 2012 par l'armée des grandes villes de cette dernière province.

Les 19 et 20 avril, des frappes de drones américains et de l'aviation yéménite avaient visé des bases et des camps d'entraînement d'Al-Qaïda dans la péninsule arabique (Aqpa) dans ces régions, faisant une soixantaine de morts.

En dépit des coups répétés portés au réseau, Aqpa, issu de la fusion des branches saoudienne et yéménite, reste la branche la plus dangereuse et la plus active du réseau, selon les États-Unis.

Elle a multiplié les attentats au Yémen, et est accusée d'être derrière de nombreux enlèvements d'étrangers.

Lundi, un diplomate allemand a été blessé à Sanaa en échappant à des inconnus qui tentaient de l'enlever.

Dans une vidéo récente, Al-Qaïda avait fait étalage de sa puissance en montrant des dizaines de combattants, la plupart à visage découvert, fêtant l'évasion de la prison de Sanaa de plusieurs d'entre eux, en compagnie du chef d'Aqpa Nasser Al-Wahichi.

Le réseau extrémiste a profité de l'affaiblissement du pouvoir central à la suite du soulèvement populaire de 2011 contre l'ancien président Ali Abdallah Saleh pour renforcer sa présence dans le pays.

Le Yémen est le seul des pays du «Printemps arabe» où un soulèvement populaire a abouti à une solution négociée, mais il est engagé dans une difficile transition politique.

L'armée de l'offensive dans le Sud a été annoncée peu avant l'ouverture mardi à Londres d'une réunion des «Amis du Yémen» qui, selon le chef de la diplomatie yéménite Abou Bakr Al-Qirbi, doit débattre de l'accélération du versement des aides prévues à ce pays, au bord de la catastrophe économique.

Moins de la moitié des quelque 8 milliards de dollars d'aide promis au Yémen par les pays donateurs ont jusqu'à présent été versés, selon l'ambassadrice britannique au Yémen, Jane Marriott.




la boite: 1600127:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer