Le secrétaire d'État américain John Kerry est «déterminé» à annoncer une reprise des négociations de paix entre Israël et les Palestiniens, avant de quitter la région vendredi, a indiqué mercredi à l'AFP un responsable palestinien.

AGENCE FRANCE-PRESSE

«Le secrétaire d'État américain est déterminé à annoncer avant son départ vendredi la reprise des négociations», a affirmé ce responsable sous le couvert de l'anonymat.

«Il y a eu des progrès dans les réunions avec Kerry après qu'il a présenté hier son initiative au président Mahmoud Abbas à Amman», a-t-il ajouté.

Le président Abbas tiendra jeudi une réunion de la direction palestinienne pour étudier ces propositions, a précisé ce responsable.

Il a dit espérer des éclaircissements sur certaines questions après une réunion mercredi à Amman du chef de la diplomatie américaine avec une délégation de la Ligue arabe, comprenant le ministre palestinien des Affaires étrangères Riyad al-Malki.

«La rencontre doit se concentrer sur une chose, que M. Kerry nous donne une meilleure vision de ses efforts et de ce à quoi il est parvenu pour rapprocher les positions palestiniennes et israéliennes afin de revenir aux négociations», a expliqué M. Malki à la radio officielle Voix de la Palestine.

Le négociateur palestinien Mohammad Chtayyeh a pour sa part mis en doute la volonté de paix du gouvernement israélien, évoquant notamment des plans de construction d'un millier de logements dans des colonies juives de Cisjordanie qui doivent être examinés mercredi par l'administration militaire israélienne.

«Nous voulons le succès de la mission de Kerry, nous voulons que les négociations aboutissent, mais malheureusement, sur le terrain, il y a une course à la construction de colonies. Les actes et les paroles d'Israël vont dans le sens contraire de tout ce que nous et la communauté internationale tentons de réaliser», a-t-il déclaré à la radio.

MM. Kerry et Abbas se sont rencontrés pendant cinq heures mardi soir dans un hôtel d'Amman pour l'iftar, le repas de rupture du jeûne du ramadan.

«Ils ont poursuivi la conversation qu'ils ont depuis quelques mois et abordé certains récents développements dans la région», a déclaré le département d'État américain dans un communiqué.

M. Kerry dont c'est le sixième voyage au Proche-Orient depuis sa prise de fonctions en février, s'était auparavant entretenu avec le ministre jordanien des Affaires étrangères.

Aucun rendez-vous n'est prévu dans l'immédiat avec le Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu, contrairement aux précédentes tournées lors desquelles le secrétaire d'État avait fait la navette entre lui et le président palestinien.

M. Abbas exige pour reprendre les négociations un gel total de la colonisation et une référence aux lignes d'avant l'occupation israélienne des Territoires palestiniens en juin 1967 comme base de discussions.

M. Netanyahu appelle à des négociations sans «conditions préalables», en allusion à ces revendications qu'il récuse, envisageant seulement des «gestes de bonne volonté», comme la libération de prisonniers ou un gel partiel de la colonisation, selon les médias.