Israël frappera directement les institutions gouvernementales libanaises si le Hezbollah lance des roquettes contre des villes israéliennes, avertit le ministre israélien de la Défense, Ehud Barak, dans une interview publiée lundi par le Washington Post.

AGENCE FRANCE-PRESSE

M. Barak, qui a rencontré lundi la secrétaire d'État américaine Hillary Clinton à Washington, indique clairement dans cet entretien que le gouvernement israélien ne tolérera aucune nouvelle attaque du mouvement chiite.

Si le Hezbollah lance une roquette sur Tel Aviv, «nous ne poursuivrons pas chaque terroriste ou chaque attaquant du Hezbollah», avertit Ehud Barak dans l'interview. «Nous considérerons qu'il est légitime de frapper n'importe quelle cible appartenant à l'Etat libanais et pas seulement au Hezbollah».

«Si quelqu'un tire un missile sur Israël, Israël, comme tous les pays, a le droit de se défendre», a commenté dans la journée Philip Crowley, le porte-parole de la diplomatie américaine, ajoutant: «Bien sûr, nous préférerions voir lancer des pourparlers de paix plutôt que des roquettes».

Le Premier ministre libanais Saad Hariri estime qu'Israël se prépare à mener une guerre contre le Liban et se plaint des vols de surveillance menés par l'Etat hébreu au-dessus du territoire libanais, rappelle le quotidien de Washington.

Les tensions entre Israël et le Liban ont connu un regain à la suite d'informations selon lesquelles des militants libanais prévoiraient d'acheminer par bateau de l'aide à Gaza en dépit du blocus imposé par Israël, rappelle également le quotidien. Ehud Barak a qualifié ces initiatives de «provocation inutile», rapporte le Post.