Des unités de Marines américains et de forces afghanes convergeaient dimanche sur un secteur dangereux dans l'ouest de la ville de Marjah (Helmand), où l'OTAN est confronté à une «résistance déterminée» des talibans, à l'heure où son offensive entre dans sa deuxième semaine.

Mis à jour le 21 févr. 2010
ASSOCIATED PRESS

À la fin de la semaine dernière, le général américain Nick Carter, chef des forces de l'OTAN dans le sud de l'Afghanistan, disait penser qu'il faudrait au moins 30 jours pour finir de sécuriser le district de Nad Ali et Marjah, dans la province de Helmand considérée comme un des centres stratégiques du trafic d'opium.

Les forces alliées ont à ce jour perdu 13 hommes à Marjah, un soldat afghan a aussi été tué, et selon de hauts responsables des Marines, qui citent les services de renseignements, on compterait plus de 120 morts dans le camp des talibans.

«Nous avions prédit que ça prendrait de nombreux jours. Mais nos prédictions étaient que l'insurrection ne résisterait pas de cette manière», a déclaré dimanche le porte-parole du ministère afghan de la Défense, le général Mohammad Zahir Azimi. Selon lui, Kaboul s'attendait plus de la part des talibans à des explosifs installés un peu partout qu'à des fusillades nourries ou des tirs de snipers, comme ce fut le cas ces derniers jours.

Aux États-Unis, interviewé sur la chaîne NBC, le général David Petraeus, qui supervise les guerres en Afghanistan et Irak, a expliqué dimanche que la campagne de Marjah était la bataille d'ouverture dans une longue campagne, qui devrait probablement durer 12 à 18 mois, et s'inscrit dans le cadre de la stratégie révisée de lutte contre l'insurrection en Afghanistan. AP

À Kaboul, le commandement de l'Otan a indiqué que l'opération «progressait bien» mais que les troupes internationales et les soldats afghans rencontraient une résistance «obstinée» dans les districts de Nad Ali et de Marjah avec des bombes artisanales et des combats sporadiques.

Douze soldats de l'Otan et un seul militaire afghan ont péri depuis le début de l'offensive, selon l'Otan et le gouvernorat local.

Quinze civils ont également été tués, selon les autorités afghanes qui affirment que 45 talibans sont morts dans les combats.

L'Otan a par ailleurs annoncé que deux de ses soldats avaient été tués lors de deux incidents séparés samedi, l'un dans l'est du pays, l'autre dans le sud.

Les derniers décès portent à 91 le nombre de soldats étrangers morts dans le cadre des opérations liées à la guerre en Afghanistan depuis le début 2010, selon le site internet spécialisé icasualties.org, après une année 2009 de très loin la plus meurtrière pour les forces internationales, avec 520 morts