Trente-quatre talibans ont été tués et 15 tonnes d'héroïne saisies dans le sud de l'Afghanistan lors d'une opération conjointe des forces armées afghanes et de l'OTAN lancée mardi dans la province du Helmand, un bastion des rebelles, a annoncé jeudi l'armée américaine.

Mis à jour le 21 mai 2009
AGENCE FRANCE-PRESSE

L'opération était «toujours en cours» jeudi soir dans cette province, l'une des plus violentes et la première productrice d'opium du pays, indique-t-elle dans un communiqué.

Depuis mardi, «un total de 34 insurgés ont été tués», lors de «violents combats» à Marjeh, dans le district de Nad Ali, ajoute-t-elle, en affirmant qu'il n'y a eu «aucune perte civile».

L'opération vise à «sécuriser le bazar de Loy Cherah, à Marjeh, un bastion d'insurgés et lieu de transit de la drogue dans le sud afghan», note-t-elle.

Dans le bazar, les soldats ont trouvé deux «war rooms» pleines de «cartes, d'équipement de communication, de systèmes de vision nocturne russes, pièces de véhicules militaires américains» et des armes, ajoute la même source.

Ils ont également découvert «15.000 kg de drogues diverses, dont 14.750 kg d'héroïne +black tar+ (de mauvaise qualité, ndlr), 11 kg d'héroïne raffinée et 30 kg de morphine», ainsi que «15.900 livres (environ 7,2 tonnes, ndlr) de graines de pavot» et une importante quantité de matériel de raffinage d'héroïne, selon le communiqué.

Enfin, du matériel servant à fabriquer des explosifs a été saisi, dont «40.000 kg de nitrate d'ammonium, de chlorure d'ammonium et de bombes artisanales», ajoute le document.

L'Afghanistan produit 90% de l'opium mondial. La majorité de la production est transformée en héroïne avant d'être envoyée vers l'Asie centrale, l'Europe et le Moyen-Orient. Ce juteux trafic profite en partie aux rebelles afghans, mais alimente également une corruption institutionnelle latente dans le pays.