Source ID:; App Source:

Un enfant israélien tué à coups de hache par un Palestinien

Agence France-Presse
Bat Ein

Un enfant israélien de 13 ans a été tué et un deuxième blessé jeudi dans une attaque à la hache menée par un Palestinien dans une colonie de Cisjordanie occupée, au lendemain de l'entrée en fonction du gouvernement israélien de droite de Benjamin Netanyahu.

Le Palestinien a attaqué les enfants à coups de hache dans la colonie de Bat Ein, l'une des plus radicales de Cisjordanie, dans le bloc d'implantations de Gouch Etzion au sud de Bethléem.

Un enfant de 13 ans, Shlomo Nativ, a été tué et un autre de sept ans blessé, selon des sources médicales.

L'enfant blessé serait le fils d'Ofer Gamliel, qui purge une peine de 15 ans de prison pour sa participation à une tentative d'attentat contre une école palestinienne en 2002, selon des médias israéliens.

L'assaillant est parvenu à s'enfuir et l'armée a lancé des recherches, a annoncé un porte-parole militaire. Un couvre-feu a été décrété dans des villages palestiniens voisins où des soldats perquisitionnaient les maisons, selon des témoins.

Il s'agit de la première attaque anti-israélienne depuis l'entrée en fonction mercredi du cabinet de M. Netanyahu, qui prône un durcissement de la politique à l'égard des Palestiniens.

«Le nouveau gouvernement israélien aura une politique de tolérance zéro contre ce genre d'attaques terroristes. Le gouvernement palestinien doit lui aussi, par les actes et les paroles, adopter la même politique pour montrer son attachement à la paix et la réconciliation», a déclaré à l'AFP Marc Regev, le porte-parole de la présidence du Conseil à Jérusalem.

«C'est un acte insensé de brutalité contre des innocents», a-t-il ajouté.

L'attaque a été revendiquée dans un appel à l'AFP par le mouvement palestinien Jihad islamique et le «groupe Imad Moughnieh», le chef militaire du Hezbollah tué en février 2008 à Damas, un assassinat que le mouvement chiite libanais a imputé à Israël.

Dans un communiqué, ils ont affirmé que l'attaque était «une riposte aux crimes israéliens». Mais dans un communiqué à Gaza, le Jihad islamique a démenti toute implication dans l'attaque, tout en s'en félicitant.

«Je me trouvais dans les bureaux administratifs de la colonie lorsque j'ai vu le Palestinien armé d'une hache se précipiter vers moi. J'ai réussi à bloquer sa main, nous nous sommes battus et tombés par terre mais il a réussi à prendre la fuite», a raconté à la télévision un habitant de la colonie, se présentant par son prénom, Avinoam.

«J'ai appelé au secours, un autre habitant lui a alors tiré dessus mais il l'a raté, a-t-il ajouté. En me levant, j'ai vu un enfant blessé à la tête. J'ai crié pour prévenir sa mère qui est venue à son secours».

Un député d'extrême droite, Michaël Ben Ari, a imputé la responsabilité de l'attaque au ministre israélien de la Défense, le travailliste Ehud Barak, pour avoir selon lui ordonné récemment la levée d'un certain nombre de barrages militaires dans la région de Bethléem.

«Nous avons averti que l'allègement des barrages mènerait à une catastrophe. Barak porte la responsabilité de ce qui s'est passé», a-t-il dit dans un communiqué.

«Le nouveau gouvernement ne tolérera pas le terrorisme et agira contre lui de façon beaucoup plus dure», a déclaré le député David Rotem, du parti d'extrême droite Israël Beiteinou du chef de la diplomatie Avigdor Lieberman.

La dernière attaque palestinienne en Cisjordanie remonte au 15 mars. Deux policiers israéliens ont été tués par balles près de la colonie de Mesoa dans le nord de la vallée du Jourdain. 




Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer