Après plusieurs tentatives ratées, les islamistes du Hamas et les modérés du Fatah doivent entamer mercredi au Caire un nouveau cycle de pourparlers de réconciliation et tenter de surmonter les divisions palestiniennes.

Mis à jour le 24 févr. 2009
AGENCE FRANCE-PRESSE

À la veille de la reprise prévue des discussions, les responsables de la sécurité du président de l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbas ont relâché 42 prisonniers du Hamas détenus en Cisjordanie en signe de bonne volonté, selon Ayman Daraghmeh, un parlementaire du Hamas. D'autres libérations ont été promises pour mercredi, selon lui. Il a ajouté que quelque 400 militants du mouvement de la résistance islamique sont actuellement détenus en Cisjordanie.

Le Hamas, a pris le pouvoir par la force dans la Bande de Gaza en juin 2007, tandis que le Fatah de Mahmoud Abbas, dont le mandat de président de l'Autorité palestinienne est censé avoir expiré le mois dernier, ne contrôle plus que la Cisjordanie.

Le Hamas a besoin de la légitimité internationale du Fatah pour obtenir l'aide étrangère à la reconstruction du territoire, dévasté par la récente offensive militaire israélienne qui a pris fin le mois dernier. De son côté, Mahmoud Abbas a besoin d'une alliance avec le Hamas alors que le virage à droite opéré lors des élections israéliennes du 10 février vient affaiblir la position des modérés palestinien en faveur de pourparlers pacifiques avec Israël