(Paris) La famille historique de l’extrême droite française s’est à nouveau déchirée vendredi, la médiatique nièce de Marine Le Pen, Marion Maréchal, envisageant de rallier le rival de sa tante, Éric Zemmour, dans la course à la présidentielle.

Publié le 28 janvier
Agence France-Presse

Dans deux entretiens à la presse, Marion Maréchal, 32 ans, a expliqué qu’elle « penchait » pour le candidat d’extrême droite Éric Zemmour, écrivain, ex-chroniqueur politique dans la presse écrite et ancien commentateur télévisé qui fait campagne sur des propositions radicales contre l’immigration.

« La cohérence, la vision, la stratégie font que je penche pour Éric Zemmour. C’est certain. Mais il y a un sujet familial », dit Marion Maréchal dans Le Figaro vendredi.

PHOTOS JEFF PACHOUD ET BERTRAND GUAY, AGENCE FRANCE-PRESSE

Marion Maréchal et Éric Zemmour.

« C’est brutal, c’est violent, c’est difficile pour moi », a répondu sur la chaîne Cnews Marine Le Pen, visiblement affectée. Candidate pour la troisième fois à la présidentielle, Mme Le Pen apparaît régulièrement dans les sondages comme qualifiée au second tour face au président sortant Emmanuel Macron, comme en 2017.

Outre « l’aspect personnel », a ajouté Marine Le Pen, « c’est une incompréhension politique parce qu’elle (Marion) avait indiqué qu’elle soutiendrait celui qui est le mieux placé, et incontestablement je suis beaucoup mieux placée » dans les sondages, au coude-à-coude avec la candidate du parti Les Républicains Valérie Pécresse, à 17 %, et devant Éric Zemmour, à 13 %.

Marion Maréchal a longtemps été considérée comme une rivale de Marine Le Pen, notamment après son élection en tant que députée en 2012, alors qu’elle n’avait que 22 ans.

PHOTO ÉRIC GAILLARD, ARCHIVES REUTERS

La cheffe du Front national (aujourd’hui renommé Rassemblement national), Marine Le Pen en compagnie de sa nièce la députée Marion Maréchal-Le Pen lors d’un événement à Nice, le 15 octobre 2016.

Elle s’est mise en retrait de la politique après la présidentielle de 2017 mais reste populaire chez les électeurs d’extrême droite et a précisé dans ses entretiens à la presse qu’elle allait « refaire de la politique ».

La proximité idéologique de cette catholique pratiquante conservatrice avec Éric Zemmour, plus libéral économiquement que Marine Le Pen et plus radical sur l’identité, l’immigration et les questions sociétales, est connue de longue date.

Mais un éventuel ralliement derrière l’ancien polémiste pourrait être un coup dur pour Mme Le Pen, qui a vu ces derniers jours d’anciens proches — l’avocat et eurodéputé Gilbert Collard et l’eurodéputé Jérôme Rivière, entre autres — quitter son parti, le Rassemblement national pour rejoindre le parti Reconquête ! de M. Zemmour.

La famille Le Pen, qui domine le paysage d’extrême droite en France depuis les années 1980, est régulièrement secouée par des psychodrames familiaux, notamment entre le patriarche Jean-Marie Le Pen et sa fille Marine, qui lui a succédé à la tête du parti Front national en 2011 (devenu depuis le Rassemblement national) et l’en a exclu en 2015 après qu’il eut de nouveau tenu des propos controversés sur la Shoah.

Dans un tweet, Jean-Marie Le Pen, ancien parachutiste, vétéran de la guerre d’Algérie, qui fut en 1946 le benjamin de l’Assemblée nationale, aujourd’hui âgé de 93 ans, a indiqué qu’il souhaitait « s’entretenir dans les prochains jours avec Marine Le Pen et Marion Maréchal » avant de livrer sa « pensée ultérieurement ».