(Paris) L’ancien militant au Rassemblement national Damien Rieu a annoncé jeudi qu’il rejoignait le parti Reconquête ! du candidat Éric Zemmour, au lendemain du ralliement à ce dernier de l’eurodéputé RN Jérôme Rivière.

Publié le 20 janvier
Agence France-Presse

« J’ai pris la décision de rejoindre à mon tour la campagne d’Éric Zemmour », a écrit dans un communiqué diffusé sur Twitter Damien Rieu, qui était jusqu’à présent attaché parlementaire de l’eurodéputé Philippe Olivier, beau-frère et proche conseiller de Marine Le Pen.  

« C’est grâce au courage politique d’Éric Zemmour que nous arriverons à bâtir sur le long terme un mouvement de défense des intérêts des Français », a ajouté cet ancien cadre du mouvement anti-migrants Génération identitaire, récemment dissous.  

« Bienvenue dans la Reconquête !, cher Damien ! Comme toujours, ton insolence et ton courage ont choisi le bon combat ! », a tweeté Éric Zemmour.

Damien Rieu estime qu’au RN, « malgré tous nos efforts et nos espoirs, nous n’arrivons plus à mobiliser nos électeurs. Nos résultats stagnent voire régressent. Beaucoup de cadres et militants n’y croient plus ».

« Or le temps presse. La course contre la montre est lancée pour empêcher la disparition programmée de notre pays », ajoute l’ancien candidat RN aux départementales dans la Somme, en saluant « la dynamique inédite » d’Éric Zemmour dont il partage la dénonciation d’un supposé « grand remplacement » de la population européenne par une population immigrée non européenne.

Mercredi soir, l’eurodéputé RN Jérôme Rivière, qui était l’un des porte-parole de la campagne de Marine Le Pen, avait annoncé dans Le Parisien qu’il rejoignait la campagne d’Éric Zemmour.

Marine Le Pen a minimisé ce départ jeudi : « Il y aura zéro impact politique parce que Jérôme Rivière avait zéro impact politique au RN, donc je ne crois pas qu’il en ait en dehors du RN », a-t-elle déclaré, évoquant une « aigreur » chez l’élu qui « espérait des postes au sein du RN que je considérais qu’il ne pouvait obtenir ».

À propos de Damien Rieu, lors d’une conférence de presse à Fréjus, la candidate a jugé : « que des gens — et c’est le cas de Damien Rieu — se sentent plus proches idéologiquement d’un candidat plutôt qu’un autre, dans mon esprit, ce n’est pas contestable, ce n’est pas critiquable ».  

Marine Le Pen a dit reprocher à ces deux hommes leur « duplicité » : « on fait ça sans prévenir la présidente du mouvement qui vous a fait élire. […] On ne prévient pas son député quand on est assistant […] Je pense qu’en politique aussi on peut agir avec droiture ».