(Authon) Les obsèques de l’ancien président français Valéry Giscard d’Estaing, décédé mercredi à l’âge de 94 ans de la COVID-19, ont débuté samedi matin dans la plus stricte intimité familiale à Authon, au sud-ouest de Paris, a constaté un journaliste de l’AFP.

Agence France-Presse

Dans le froid et l’humidité, le convoi funéraire, accompagné de deux véhicules de la gendarmerie, est arrivé à 10 h 30 sur la petite place, entre la mairie et l’église du village.

Dans un silence à peine troublé par la cloche de l’église et le cliquetis des appareils photo, le cercueil a été recouvert dès sa sortie du corbillard par deux drapeaux, l’un Français, l’autre européen, avant d’être transporté dans la petite église devant laquelle des gerbes de fleurs étaient alignées.  

PHOTO DAMIEN MEYER, AGENCE FRANCE-PRESSE

Une quarantaine de personnes — famille et cercle proche — assistent à la messe. Une jauge réduite imposée par les mesures sanitaires, mais qui correspond au « souhait et à la volonté » d’intimité de l’ancien président, comme l’a confié son fils Henri Giscard d’Estaing vendredi.

« VGE », qui présida la France le temps d’un seul mandat, de 1974 à 1981, est décédé mercredi soir des suites de la COVID-19, entouré des siens dans sa propriété d’Authon, petit village du Loir-et-Cher.

Pendant son mandat, Giscard, incarnation du centre droit, avait eu une action modernisatrice, promulguant d’importantes réformes de société comme l’autorisation de l’interruption volontaire de grossesse (IVG) ou l’abaissement du droit de vote à 18 ans. Il était également un fervent européen.  

PHOTO STEPHANE MAHE, REUTERS

L’ancien président sera « inhumé à côté de sa fille Jacinte, décédée en 2018 », sur un terrain privé appartenant à la famille situé près du cimetière d’Authon.

Lors d’une adresse aux Français jeudi, Emmanuel Macron a décrété un jour de deuil national mercredi en hommage à cette « figure centrale de l’histoire de notre République ».