Les aéroports européens s'activaient mercredi pour rattraper avant Noël leur retard dans l'acheminement des voyageurs, à la faveur d'un redoux peut-être précaire avant de nouvelles chutes de neige annoncées.

Mis à jour le 22 déc. 2010
AGENCE FRANCE-PRESSE

Pour la cinquième nuit consécutive, des milliers de passagers - un millier à Londres, 300 à Francfort - ont dormi dans des aérogares, alors que les aéroports tentaient de gérer les retards accumulés depuis vendredi en pleine période de pointe avant les vacances de Noël.

À Londres, la situation s'améliorait lentement sur les trains Eurostar et à l'aéroport Heathrow, après plusieurs jours de chaos complet.

«Nous assurons 70% du trafic prévu, soit quelque 900 vols, et nous pensons pouvoir déblayer le reste de la neige du tarmac aujourd'hui», a indiqué une porte-parole d'Heathrow, après la réouverture de la deuxième piste.

30 000 tonnes de neige ont été déblayées à l'aéroport, plaque tournante du trafic intercontinental.

«Mais du froid est encore annoncé et il pourrait y avoir de nouveaux retards et de nouvelles annulations», prévenait BAA, le gestionnaire de l'aéroport, sur la sellette pour sa mauvaise gestion de cet épisode neigeux.

Concernant les liaisons ferroviaires avec le continent, Eurostar annonçait «un trafic quasiment normal» dans la journée. Une très longue file d'attente s'est toutefois à nouveau formée dès les premières heures de la matinée à la gare internationale de Saint-Pancras, où des employés d'Eurostar distribuaient cafés et croissants aux passagers.

«Je suis là depuis 5h30 et je n'ai pas pu prendre le train dans lequel j'avais une place réservée à 6h50. On n'a pas d'information claire et on ne comprend pas les règles de passage», explique Caroline, une Française, avant d'embarquer finalement vers 8h.

L'aéroport de Dublin, fermé mardi, a pu rouvrir également.

À Paris, les autorités anticipaient une nouvelle perturbation du trafic aérien, en raison du retour de la neige annoncé pour la fin l'après-midi et jeudi.

Par précaution, les compagnies aériennes devaient annuler 15% de leurs vols à l'aéroport parisien de Roissy mercredi soir, puis 25% pour jeudi.

À Bruxelles, grâce au redoux qui a partiellement fait fondre la neige, le trafic aérien est quasiment revenu à la normale, avec quelques vols annulés vers Bâle et Zurich.

À Francfort, seuls 70 vols ont été annulés mercredi matin, notamment en raison des difficultés dans les aéroports britanniques, contre 550 la veille.

«Si le temps ne se dégrade pas, nous pourrons nous assurer qu'un grand nombre de passagers arrivent aujourd'hui à destination. Mais la situation dépend également de la météo dans les autres aéroports européens», a affirmé un porte-parole.

Des trains supplémentaires ont été mis en place sur les grandes lignes pour désengorger le trafic aérien intérieur. Le trafic passagers sur Deutsche Bahn est de 30% supérieur sur certaines lignes par rapport à la même période l'an dernier.

Un épais brouillard a forcé l'aéroport de Sofia à dérouter des vols internationaux et un carambolage a bloqué l'accès principal à l'aéroport.

Les autres aéroports du continent, comme Varsovie ou Lisbonne, subissaient surtout les contrecoups des retards et annulations d'Heathrow. «Il sera difficile de ramener tout le monde avant Noël», selon la compagnie portugaise TAP.