(Washington) Dimanche, Joe Biden l’empathique saura certainement trouver les mots face aux familles des écoliers tués au Texas, mais le président reste jusqu’ici en retrait de la bataille politique sur les armes à feu, pariant sur une mobilisation parlementaire pourtant loin d’être acquise.

Publié le 28 mai
Aurélia END Agence France-Presse

« Il ne peut pas seulement être le “ consolateur en chef ”. Il faut qu’il mette tout le poids de sa fonction dans la bataille législative », a déclaré Peter Ambler, de l’association Giffords, qui lutte pour une régulation plus forte, dans un entretien avec Politico.

Jusqu’ici, le démocrate de 79 ans semble réticent, ce qui tient un peu à sa personnalité et beaucoup à un calcul stratégique.

Joe Biden est un émotif, un père deux fois endeuillé - mais pas par la faute des armes à feu : il a perdu une fille encore bébé dans un accident de voiture, et un fils adulte suite à un cancer.  

Le président prend à cœur ce rôle de « consolateur en chef. » Il veut croire que les Américains, malgré leurs divisions, sont capables de pleurer ensemble les 19 écoliers et 2 enseignantes victimes d’une fusillade dans une école d’Uvalde (Texas), où il se rendra avec son épouse Jill Biden.

Calcul politique

Mais si Joe Biden privilégie pour l’heure le registre de l’émotion et de l’interpellation — « Quand pour l’amour de Dieu allons-nous affronter le lobby des armes ? » s’était-il écrié mardi — c’est aussi par calcul politique.

Ancien sénateur, attaché au pouvoir parlementaire, il veut que le Congrès vote un projet de loi qui généraliserait l’examen des antécédents psychiatriques et judiciaires des acheteurs d’armes, tout en interdisant les fusils d’assaut et l’achat massif de munitions.

« Nous avons fait ce que nous pouvions. […] Mais là tout de suite, nous avons besoin de l’aide du Congrès », a dit jeudi la porte-parole de l’exécutif Karine Jean-Pierre.

La Maison-Blanche estime qu’une forte implication de Joe Biden, au moment où il est très impopulaire dans les sondages, perturberait plus qu’autre chose un processus législatif déjà acrobatique.

Les démocrates, qui soutiennent le projet de loi, ont impérativement besoin de convaincre une poignée d’élus républicains, en raison de règles de majorité qualifiée.

Joe Biden s’est d’ailleurs jusqu’ici abstenu de critiquer ouvertement l’opposition républicaine, majoritairement hostile à toute réforme. Et dont certains membres font campagne pour les élections législatives de novembre sur leur attachement aux armes à feu.

L’exécutif américain fait aussi valoir qu’une loi fédérale aurait bien plus d’impact que des décrets présidentiels ne s’imposant pas à tous les États américains et ne pouvant réguler qu’à la marge.

« Strict minimum »

Mais plusieurs groupes militant pour une régulation des armes à feu estiment, sans douter des convictions du président, qu’il doit s’impliquer davantage.

Igor Volsky, directeur de l’organisation Guns Down America, juge ainsi sur Twitter que le président pourrait créer à la Maison-Blanche une agence spécialement dédiée aux armes à feu, sillonner le pays pour rencontrer des communautés touchées, recevoir des activistes et faire pression personnellement sur des parlementaires. « Ce serait le strict minimum », écrit-il.

Les associations craignent que les États-Unis ne retombent dans le scénario devenu tristement familier après une fusillade de masse : une vague d’émotion qui retombe avant de se transformer en réelle pression politique, susceptible de déboucher sur des réformes significatives.

Le choc causé par le massacre à l’école d’Uvalde n’a en tout cas pas suffi à interrompre la routine institutionnelle.  

Le Congrès a ainsi suspendu ses travaux et les parlementaires se sont éparpillés dans leurs circonscriptions pour une pause de 10 jours, prévue de longue date.