(New York) Le complotiste américain d’extrême droite Alex Jones, sous le coup de plusieurs procès au civil intentés par les parents de victimes de la tuerie de l’école primaire Sandy Hook, en 2012, a déclaré son site Infowars en faillite, selon un document judiciaire.

Publié le 18 avril
Agence France-Presse

Ce placement sous la protection de la loi des faillites, aussi appelée « chapitre 11 », doit permettre de geler les procédures devant les tribunaux civils le temps de préparer des plans de redressement des entreprises concernées, qui peuvent continuer d’être opérationnelles.

« Alex Jones essaie juste de retarder l’inévitable : un procès public au cours duquel il sera tenu responsable de sa campagne de mensonges motivée par le profit contre les familles de Sandy Hook qui ont intenté ce procès », a réagi Chris Mattei, l’avocat de cinq familles de victimes et d’un agent du FBI qui ont porté plainte contre Alex Jones devant un tribunal de Waterbury (Connecticut).

PHOTO FRANCOIS PESANT, ARCHIVES LA PRESSE

La tuerie à l’école primaire Sandy Hook de Newton, au Connecticut, est survenue le 14 décembre 2012

Figure connue de l’extrême droite et adepte de plusieurs théories du complot, le fondateur d’Infowars est poursuivi depuis plusieurs années par des parents de victimes de la tuerie de l’école de Sandy Hook de Newton, dans le Connecticut, qui avait choqué l’Amérique, pour avoir affirmé que le massacre n’était qu’une mise en scène pilotée par des opposants aux armes à feu.

La tuerie avait fait 26 morts, dont 20 enfants et six adultes, en 2012.

Les parents plaignants avaient attaqué Alex Jones en le sommant de présenter des documents comptables attestant qu’il avait gagné des millions de dollars par la diffusion d’une telle désinformation. Il a depuis reconnu publiquement que le meurtre d’enfants avait été bien réel.

Âgé de 48 ans, Alex Jones est poursuivi devant des tribunaux du Texas et du Connecticut, où il a subi plusieurs revers judiciaires. En novembre, une juge dans le Connecticut avait estimé qu’il était responsable au civil et pouvait être assujetti au versement de dommages et intérêts. Dans ce dossier, un procès est prévu en septembre.

La déclaration de faillite, effectuée auprès d’un tribunal d'insolvabilité du Texas, concerne aussi les sociétés d’Alex Jones Infowars Health et Prison Planet TV.

Banni par Twitter, Facebook et YouTube notamment, l’animateur controversé est toujours présent sur le site Infowars, qui fait aussi la promotion de suppléments nutritionnels.

Soutien de Donald Trump, il était également présent au rassemblement du 6 janvier 2021 à Washington, qui a donné lieu à l’assaut violent du Capitole par des partisans de l’ancien président républicain.