(New York) Au lendemain du jugement contre Ghislaine Maxwell, reconnue coupable à New York de trafic sexuel de mineures, la justice américaine a annoncé jeudi l’abandon des poursuites contre les gardiens de prison qui n’avaient pas surveillé son complice, le financier américain Jeffrey Epstein, la nuit de son suicide en 2019.

Mis à jour le 30 déc. 2021
Agence France-Presse

Dans une ordonnance judiciaire du tribunal fédéral de Manhattan, rendue publique jeudi, le procureur Damian Williams a signé « l’abandon des poursuites » (« nolle prosequi » selon la formule juridique consacrée) contre Tova Noel et Michael Thomas.

La justice avait inculpé en novembre 2019 ces deux gardiens d’une prison de New York, trois mois après la mort d’Epstein par pendaison dans sa cellule, le 10 août, avant son procès pour crimes sexuels.

PHOTO ARCHIVES ASSOCIATED PRESS

Jeffrey Epstein

Les deux agents pénitentiaires étaient accusés de ne pas avoir fait leurs rondes de surveillance dans la nuit du 9 au 10 août 2019 et d’être restés à leur bureau, rivés sur l’internet. M. Epstein, un financier multimillionnaire de la jet-set américaine et internationale, avait été retrouvé mort à l’aube du 10 août et l’autopsie avait conclu à un suicide par pendaison, non sans polémiques et théories du complot.  

Le ministre américain de la Justice de l’époque, William Barr, avait dénoncé de « graves » dysfonctionnements dans cette prison réputée sûre, où Epstein était détenu depuis son arrestation en juillet 2019 et poursuivi pour crimes sexuels, notamment contre des jeunes filles.

Dans son ordonnance de classement, le procureur de Manhattan rappelle que les deux gardiens avaient « volontairement » et « en connaissance de cause » falsifié des « documents » pour faire croire qu’ils avaient fait leurs rondes cette nuit-là.

À l’époque, le directeur de la prison, le Metropolitan Correctional Center, avait été muté et les deux agents suspendus.  

Dans le cadre de leur accord avec la justice, MM. Noel et Thomas ont été simplement contraints à des travaux d’intérêt général, selon l’ordonnance.

Mercredi soir, l’ancienne compagne et complice d’Epstein, l’ex-mondaine britannique Ghislaine Maxwell a été jugée coupable par le tribunal fédéral de Manhattan d’une série de crimes sexuels, en particulier le plus grave : le trafic de jeunes filles mineures entre 1994 et 2004, au bénéfice d’Epstein.

Mme Maxwell, 60 ans, également Française et Américaine, encourt des dizaines d’années de prison, mais la date du prononcé de la peine n’a pas encore été fixée.  

Ses avocats ont annoncé qu’ils feraient appel et son frère Kevin Maxwell s’est dit persuadé de l’innocence de sa sœur, qualifiant le verdict « de grande injustice » jeudi auprès de la chaîne ABC.  

Les victimes du couple Maxwell-Epstein ont de leur côté exprimé leur soulagement face à l’issue du procès qui tendrait à prouver que « personne n’est au-dessus des lois ».