Le président américain Donald Trump a annoncé mercredi qu’il renonçait finalement à supprimer la cellule de crise sur le coronavirus mise en place pour organiser la riposte au niveau fédéral face à la pandémie.

Agence France-Presse

Mercredi, le vice-président Mike Pence avait indiqué que cette « Task force » devait être démantelée dans les semaines à venir pour revenir à un fonctionnement plus traditionnel, par ministères.

Dans une série de tweets matinaux, le locataire de la Maison-Blanche a souligné que cette cellule, dirigée par M. Pence et composée en particulier de responsables d’agence sanitaires et de médecins, avait été si efficace qu’elle continuerait « indéfiniment ».

Il a cependant précisé qu’il pourrait décider « d’ajouter ou de retirer » des membres dans ce groupe.

Mardi, depuis l’Arizona, le président américain a appelé avec force à rouvrir l’économie même si cela devait alourdir encore le bilan de la pandémie de COVID-19 aux États-Unis.  

« Je ne dis pas que tout est parfait. […] Est-ce que certains vont être durement touchés ? Oui. Mais nous devons ouvrir notre pays et nous devons l’ouvrir bientôt », a-t-il martelé.

Les États-Unis viennent de franchir le cap des 70 000 décès liés au coronavirus et pourraient atteindre celui des 100 000 avant le début du mois de juin, selon de multiples modèles épidémiologiques.