Maisons en ruine, rues inondées, arbres et infrastructures effondrées, l’ouragan Laura, l’un des plus violents à avoir jamais frappé la Louisiane, risque selon plusieurs de susciter une profonde détresse dans la population de cet État du sud, alors que la pandémie est loin d’être réglée.

Henri Ouellette-Vézina
Henri Ouellette-Vézina La Presse

« La voiture de ma mère, qui est la seule voiture de la maison, est totalement détruite. Et nous ne pouvons pas rester chez nous à cause des dommages. Ma famille a un besoin urgent de fournitures. Et moi, je veux m’assurer que mon bébé va bien. »

C’est le vibrant cri du cœur qu’a lancé sur les réseaux sociaux Lena, jeune étudiante américaine dont le quotidien a été chamboulé jeudi par les évènements. « Si quelqu’un peut nous aider », ajoute-t-elle, en suppliant les internautes de leur envoyer des fonds pour passer à travers la crise, ce que plusieurs bons Samaritains ont accepté de faire.

D’autres témoignages du genre abondaient en soirée sur le web. Figure connue du public, le météorologue du réseau de télévision KPLC-TV, Ben Terry, a lui aussi été touché. « Ma maison est une perte totale », a-t-il dit. Le toit, les fenêtres et d’autres parties de son domicile ont notamment été arrachés par les vents violents.

Il y a un arbre tombé sur notre maison qui nous a manqués de quelques pieds, moi et ma mère. [Je suis] si reconnaissante d’être ici. Au moins, ce truc peut être remplacé.

Chantel Knight, résidante de la Louisiane, dans un témoignage publié sur le web

L’ouragan, qui a été rétrogradé au statut de tempête tropicale pendant l’après-midi, a fait au moins quatre morts dans le sud des États-Unis, tous tués par des chutes d’arbres sur leurs habitations. Jeudi soir, des campagnes de sociofinancement commençaient déjà à être lancées sur le web pour venir en aide aux familles endeuillées ou fragilisées par la catastrophe.

Des images d’une imposante tour en verre ont aussi largement circulé dans les médias locaux. L’édifice de 22 étages a été sérieusement endommagé par l’ouragan, à Lake Charles. Dans cette ville, connue pour ses raffineries de pétrole, un incendie s’est aussi déclaré dans une usine de produits chimiques.

PHOTO ELIJAH NOUVELAGE, REUTERS

Ce qui reste d’une tour en verre de 22 étages à Lake Charles, en Louisiane, après le passage de Laura

Privés d’électricité et d’eau potable

Selon le département de la Santé de la Louisiane, cité dans un article du journal de La Nouvelle-Orléans Times Picayune, au moins 67 réseaux de distribution d’eau étaient toujours « inutilisables » jeudi. Plus de 200 000 personnes pourraient donc avoir du mal à accéder à de l’eau potable.

L’ouragan, alors de catégorie 4, a touché terre vers 1 h, heure locale, jeudi, au niveau de la ville côtière de Cameron, près de la frontière avec le Texas, dans le golfe du Mexique, avec des vents soutenus de 240 km/h, selon le Centre national des ouragans (NHC). Cela en fait le plus puissant à avoir touché la Louisiane depuis plus d’un siècle et demi, d’après les données compilées par un chercheur de l’Université du Colorado spécialisé dans les ouragans, Philip Klotzbach.

« Nous avons beaucoup de travail à faire. Aujourd’hui, il s’agit de sauver des vies », a déclaré le gouverneur John Bel Edwards, affirmant malgré tout que la situation aurait pu être bien pire encore. En effet, la montée des eaux n’a pas été « aussi importante qu’initialement prévu », a déclaré le gouverneur du Texas, Greg Abbott, en ajoutant que les évacuations préventives dans les zones côtières ont sauvé de nombreuses vies.

Au pire moment de la journée, jeudi, près de 800 000 personnes étaient privées d’électricité en Louisiane et au Texas, selon les données du site PowerOutage.us. Au total, plus de 1,5 million de personnes ont été évacuées. De nouveaux protocoles ont d’ailleurs dû être mis en place dans les centres d’hébergement d’urgence afin de pouvoir faire respecter au mieux la distanciation physique.

Trump se rendra sur place

Le président Donald Trump, régulièrement tenu informé de la situation sur place selon la Maison-Blanche, a annoncé qu’il se rendrait au Texas et en Louisiane « samedi ou dimanche ». « Il s’est avéré que nous avons eu un peu de chance. L’ouragan était très gros, très puissant, mais il a passé vite », a indiqué le président lors d’une conférence de presse, en remerciant au passage les forces de l’ordre et les premiers répondants sur place pour leur « travail fantastique ».

La saison des ouragans dans l’Atlantique, qui dure officiellement du 1er juin au 30 novembre, s’annonce particulièrement intense cette année. Le Centre national des ouragans s’attend à 25 dépressions. Laura est déjà la 12e de la saison.

Elle avait déjà provoqué d’importantes inondations en Haïti et en République dominicaine, entraînant la mort d’au moins 25 personnes. Rappelons que cet ouragan est survenu 15 ans presque jour pour jour après l’ouragan Katrina, qui avait ravagé La Nouvelle-Orléans et marqué les esprits en Louisiane.

Jeudi, en soirée, des météorologues continuaient de mettre en garde les autorités locales contre d’éventuelles inondations dans le nord de la Louisiane et le sud de l’Arkansas.

– Avec l’Agence France-Presse