(Washington) Donald Trump a déclaré mercredi qu’il envisageait de prononcer son discours d’acceptation de la nomination républicaine pour la présidentielle du 3 novembre depuis la Maison-Blanche, rompant avec une longue tradition.

Agence France-Presse

« Nous y pensons, ce serait le plus facile pour la sécurité », a-t-il déclaré sur la chaîne Fox News.

Donald Trump devait initialement endosser formellement le rôle de candidat du Parti républicain lors d’un grand rassemblement militant à Charlotte, en Caroline du Nord, le 27 août.  

Pandémie oblige, il a dû renoncer à cette grand-messe, coup d’envoi officiel de la campagne électorale, et à une tentative de déplacer la convention républicaine en Floride.

Aux États-Unis, les présidents qui briguent un second mandat doivent distinguer leurs activités officielles, financées sur les deniers de l’État, de leurs activités de candidat. Prononcer le discours d’investiture depuis la Maison-Blanche risque de brouiller cette ligne.

Mais le milliardaire républicain, qui utilise déjà régulièrement la tribune présidentielle pour attaquer son rival démocrate Joe Biden, a mis en avant les avantages logistiques de cette option.

« C’est une très grosse opération, nous pensons l’organiser depuis la Maison-Blanche parce qu’il n’y a pas de mouvement, ce sera simple », a-t-il argumenté. « Et c’est un cadre superbe. »

« C’est aussi, de loin, l’option la moins chère », a-t-il encore dit, tout en insistant sur le fait que la décision n’était pas encore prise. « Si pour une quelconque raison, quelqu’un a un problème avec ça, je pourrais aller ailleurs. »

Le nouveau coronavirus, qui a fait plus de 156 000 morts aux États-Unis, a totalement bouleversé la campagne électorale, rendant tout meeting électoral impossible. Les démocrates se préparent à une convention quasi entièrement virtuelle du 17 au 20 août à Milwaukee dans le Wisconsin.