(Washington) À la peine dans les sondages et fragilisé par la crise du coronavirus, Donald Trump a remanié mercredi l’équipe responsable de la bataille pour sa réélection, en nommant un nouveau directeur de campagne à moins de quatre mois de l’élection présidentielle du 3 novembre.

Agence France-Presse

« Je suis ravi d’annoncer que Bill Stepien a été promu au poste de directeur de la campagne Trump », a écrit le président dans une déclaration publiée sur les réseaux sociaux. M. Stepien était jusqu’à présent chef de campagne adjoint.  

L’ancien titulaire du poste, « Brad Parscale, qui est avec moi depuis très longtemps et a dirigé nos stratégies numériques et statistiques, conservera ce rôle, et sera conseiller principal de la campagne », a déclaré Donald Trump.

PHOTO SAUL LOEB , ARCHIVES AGENCE FRANCE-PRESSE

L’ancien directeur de campagne de Trump, Brad Parscale

Depuis plusieurs semaines, Washington bruissait d’éventuels changements au sein de son équipe et spéculait sur l'avenir de Brad Parscale, qui avait été nommé directeur de campagne dès février 2018.

MM. Stepien et Parscale « étaient tous deux très impliqués dans notre victoire historique en 2016 et j’ai hâte de remporter une deuxième très importante victoire avec eux », a poursuivi Donald Trump.

Cette réorganisation intervient alors que le 45e président américain est critiqué de toutes parts pour ses atermoiements face à la crise sanitaire et que les nouvelles contaminations à la COVID-19 explosent dans le pays.  

Cherchant à rebondir, Donald Trump avait organisé un grand rassemblement de campagne à Tulsa, dans l’Oklahoma, à la fin de juin, mais celui-ci s’était révélé un fiasco, avec de nombreuses rangées de sièges vides et des contaminations en hausse dans la ville deux semaines plus tard.  

Celui qui a toujours beaucoup misé sur ses performances devant les estrades de partisans chauffés à blanc a aussi dû repousser l’organisation d’un nouveau rallye au début de juillet, officiellement en raison d’une « grosse tempête ».

Le candidat démocrate et ancien vice-président Joe Biden profite de son côté de la situation : il devance le président républicain de neuf points de pourcentage dans la moyenne des sondages nationaux compilée par le site RealClearPolitics.