(Delray Beach) Avec ses palmiers, son climat ensoleillé et ses soirées bingos, la Floride est l’un des États recensant le plus grand nombre de personnes âgées aux États-Unis. Mais cette population est particulièrement vulnérable face à l’épidémie de nouveau coronavirus.

Leila MACOR
Agence France-Presse

« Tout est incertain parce que nous ne savons pas comment cela va se terminer ni le niveau de gravité que cela va atteindre », explique Anita Lammersdorf, une Américano-Lituanienne de 81 ans, ex-agent immobilier.  

Elle répond à l’AFP juchée sur le pas de sa porte, entourée d’orchidées, à quatre mètres des journalistes, respectant les recommandations des autorités sanitaires.  

Mme Lammersdorf a un stimulateur cardiaque, mais n’est pas atteinte d’autres maladies qui pourraient l’inquiéter en cas d’infection.  

« J’espère être assez forte pour faire face à ce gars lorsqu’il se présentera », indique-t-elle en parlant du coronavirus.  

Elle vit à Delray Beach, au nord de Miami, après avoir passé une grande partie de sa vie dans la capitale, Washington, et au Venezuela.  

Comme elle, beaucoup de seniors aux États-Unis et à travers le monde s’installent dans le «Sunshine State» pour leur retraite. D’autres, surnommés « oiseaux migrateurs », viennent ici quatre ou cinq mois dans l’année pour profiter du soleil et esquiver l’hiver du Nord.

La Floride concentre ainsi habituellement la plus grande proportion de personnes du troisième âge aux États-Unis : 20,5 % de sa population a plus de 65 ans, selon une étude publiée en 2019 par l’association Population Reference Bureau (PRB).  

Seul le Maine l’a dépassé l’année dernière avec 20,6 % de seniors parmi ses 1,3 million d’habitants, mais la Floride, troisième État le plus peuplé du pays, compte tout de même 1,1 million de personnes de plus de 80 ans.  

Certains sont en maison de retraite, mais la grande majorité vit de façon indépendante dans des complexes résidentiels réservés aux personnes âgées avec terrains de golf, de tennis et ateliers bridge ou bingo.  

Population à risque

« Ce virus est particulièrement dangereux pour les personnes âgées, et la situation démographique de la Floride est plutôt unique dans ce pays », souligne Jeff Johnson, directeur local de l’association AARP, qui vient en aide aux plus de 50 ans.  

L’épidémie de COVID-19, qui a provoqué la fermeture de frontières et le confinement de millions de personnes à travers le monde, est particulièrement létale pour les personnes avec des problèmes de santé, notamment cardiaques et respiratoires, et pour les plus de 60 ans.  

Le taux de mortalité chez les personnes de plus de 80 ans atteint 21,9 %, selon un rapport de l’Organisation mondiale de la santé, réalisé en partenariat avec les autorités chinoises.  

« Même s’il y a des dizaines de milliers (de personnes) dans des maisons de retraite, il y a des millions d’habitants de Floride qui vivent très heureux dans leurs communautés résidentielles. Évidemment nous devons aussi faire attention à eux », ajoute M. Johnson.  

Les autorités de Floride ont déjà exhorté les habitants à limiter les visites dans les maisons de retraite et certains complexes résidentiels ont pris des mesures de distanciation sociale, annulant les activités de groupe et privilégiant les réunions entre voisins par téléphone.  

À Pompano Beach, dans une communauté résidentielle pour les plus de 55 ans au nord de Miami, deux Québécois de plus de 70 ans tentent de prendre les choses avec légèreté.  

« Ce sera long et grave, très grave », reconnaît Denise Bedard. « Mais nous sommes en bonne santé et nous nous lavons les mains comme il faut », ajoute-t-elle.  

La Floride compte 216 cas confirmés de personnes contaminées par la COVID-19, selon les statistiques de l’Université Johns-Hopkins, et ce chiffre continue de grimper rapidement.  

Pour l’instant, « il ne reste plus qu’à espérer. Mais je suis inquiète. Je suis inquiète pour tout le monde. J’essaie de faire le plus attention possible », détaille Mme Lammersdorf.