(Claremont) Le petit Jésus dans une cage, enveloppé dans une couverture de survie et séparé de Joseph et de Marie, qui ont chacun subi le même sort : c’est la crèche grandeur nature qu’une église protestante de Californie a installée pour attirer l’attention sur les conditions de détention des migrants.

Agence France-Presse

«Nous les avons mis dans des cages différentes, c’est un symbole représentant tous les migrants qui sont dans les centres de détention et qui ont besoin d’aide», a expliqué Genaro Cordoba, co-créateur de la crèche et porte-parole de l’Église méthodiste de Claremont, à une cinquantaine de kilomètres à l’est de Los Angeles.

AFP

«Jésus, Joseph et Marie, tous les migrants, tous les réfugiés, pas seulement aux États-Unis mais dans le monde entier, surtout en Europe vous savez, on les voit souffrir, les gens ne veulent pas d’eux», déplore-t-il, passant de l’espagnol à l’anglais.

Dans un message sur Facebook, la pasteure de l’église, Karen Clark Ristine, développe cette prise de «position théologique autour de la nativité» et de «la plus célèbre famille de réfugiés du monde».

«Peu après la naissance de Jésus, Joseph et Marie ont été forcés de fuir avec leur jeune fils, quittant Nazareth pour l’Égypte afin d’échapper au roi Hérode, un tyran. Ils craignaient les persécutions et la mort. Que se passerait-il si cette famille cherchait refuge dans notre pays aujourd’hui?», interroge Mme Clark Ristine.

REUTERS

Réponse, selon elle : «Imaginez Joseph et Marie séparés à la frontière, et Jésus, pas plus de 2 ans, pris à sa mère et placé derrière les grillages d’un centre de détention de la police aux frontières».  

«Jésus nous enseigne la bonté, la pitié et l’accueil absolu de chacun», rappelle-t-elle, soulignant que l’enfant est réuni avec ses parents à l’intérieur de l’église, dans la crèche traditionnelle.