Source ID:ae2abc8d0fde3c688d56c0e9a64eafc9; App Source:StoryBuilder

Les États-Unis risquent de perdre leur statut de pays ayant éliminé la rougeole

En 2000, la rougeole a été déclarée « éliminée »... (PHOTO LINDSEY WASSON, REUTERS)

Agrandir

En 2000, la rougeole a été déclarée « éliminée » aux États-Unis, un but qui avait été fixé en 1966 avec le début de la vaccination.

PHOTO LINDSEY WASSON, REUTERS

Agence France-Presse
Washington

Le nombre de cas de rougeole aux États-Unis a atteint son plus haut niveau en 25 ans, et le pays pourrait « perdre son statut d'élimination de la rougeole » si l'épidémie se poursuivait au-delà de l'été, ont prévenu jeudi les autorités sanitaires américaines.

Le nombre de malades depuis le début 2019 a atteint 971 jeudi, selon les Centres de contrôle et de prévention des maladies (CDC), un record depuis les 963 cas enregistrés sur toute l'année 1992.

En 2000, la rougeole a été déclarée « éliminée » aux États-Unis, un but qui avait été fixé en 1966 avec le début de la vaccination. Ce terme correspond à l'absence de transmission continue pendant 12 mois dans une zone géographique particulière (le terme d'« éradication » correspond à une élimination sur toute la planète).

Dans le cas présent, c'est l'épidémie persistante de la région new-yorkaise qui alarme les autorités. Elle a commencé officiellement à New York le 30 septembre 2018, et dans le comté voisin de Rockland le 1er octobre. Si elle continuait pendant encore quatre mois, selon cette convention, les États-Unis ne pourront plus dire qu'ils ont « éliminé » la maladie.

Malgré la vaccination obligatoire décrétée par le maire de New York début avril dans les quartiers de la communauté juive les plus touchés, la ville a eu 173 cas en avril et 60 en mai.

En pratique,  les États-Unis ne sont jamais descendus à zéro cas. Depuis 2000, le nombre de cas oscillait entre quelques dizaines et quelques centaines par an, le maximum étant de 667 malades en 2014, une épidémie qui était alors concentrée pour plus de la moitié dans des communautés amish de l'Ohio (nord).

La résurgence de foyers est principalement due à des voyageurs non-vaccinés ou sous-vaccinés contaminés à l'étranger et revenant aux États-Unis. C'est le cas depuis l'an dernier dans diverses régions des États-Unis, avec des souches importées notamment des Philippines, d'Israël et d'Ukraine.

« Le seul moyen de mettre fin à l'épidémie est que tous les enfants et adultes qui peuvent être vaccinés le soient », a déclaré Robert Redfield, le directeur des CDC. « Je veux rassurer à nouveau les parents et leur dire que les vaccins sont sûrs, ils ne causent pas l'autisme. Le danger plus grave est la maladie que la vaccination prévient ».




la boite: 1600127:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer