Source ID:38781d48fff53c51a6bf95b8ca267017; App Source:StoryBuilder

Trump à El Paso : «Les murs fonctionnent !»

Tout au long de son discours à El... (PHOTO REUTERS)

Agrandir

Tout au long de son discours à El Paso, lundi soir, Donald Trump a une nouvelle fois multiplié les attaques contre les journalistes.

PHOTO REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
PAUL RATJE, JÉRÔME CARTILLIER
Agence France-Presse
El Paso et Washington

En campagne à El Paso, ville frontalière avec le Mexique, Donald Trump a martelé lundi soir que les murs permettaient de «sauver des vies», tout en restant évasif sur les délicates négociations en cours au Congrès sur l'immigration.

Peu avant qu'il ne monte sur scène, des élus ont annoncé un accord de principe entre démocrates et républicains pour éviter une nouvelle paralysie partielle de l'administration fédérale dans quatre jours.  

Mais Donald Trump ne s'est pas directement prononcé sur cette possible percée. «Ils ont dit que des progrès avaient été enregistrés [...] Je ne sais pas ce qu'ils veulent dire», a-t-il lancé.

«Nous avons besoin d'un mur [...] et nous le construirons rapidement», a-t-il martelé. «Les murs ne sont pas immoraux comme cela a été dit».

Affaibli par la perte de la Chambre des représentants en novembre et son recul fin janvier dans le bras de fer qu'il a engagé avec les démocrates sur l'immigration, Donald Trump exige toujours le déblocage de quelque 5 milliards de dollars pour la construction de l'édifice controversé.

Un oeil sur la présidentielle de 2020, où il entend briguer un second mandat, le président septuagénaire a étrillé Beto O'Rourke, étoile montante du parti démocrate et enfant du pays, qui participait à un rassemblement non loin de là.

Trump ironise sur O'Rourke

Le quadragénaire, qui a promis de se prononcer sur ses éventuelles ambitions présidentielles d'ici la fin du mois de février, avait appelé au rassemblement pour répondre «aux mensonges et à la haine par la vérité et une vision ambitieuse et positive pour l'avenir».

Donald Trump a longtemps ironisé sur ce «jeune homme qui a perdu une élection (sénatoriale) face à Ted Cruz».

«Il n'a pas grand chose pour lui à part son prénom», a-t-il raillé, affirmant qu'il n'avait pas réussi à réunir plus de «200, 300 personnes». «Cela pourrait être la fin de son aventure présidentielle...».

La manifestation, organisée par plusieurs ONG, visait à dénoncer «l'obsession de Trump sur le mur frontalier et le prisme déformant avec lequel il décrit la vie à El Paso».

La semaine dernière, lors de son discours annuel devant la Congrès, le locataire de la Maison-Blanche a en effet cité la ville en exemple. Mais ses arguments n'ont pas, loin s'en faut, plu à tous ses habitants.

«Elle avait un taux extrêmement élevé de crimes violents et était considérée comme l'une des villes les plus dangereuses du pays», a-t-il affirmé. «Depuis qu'une puissante barrière a été mise en place, El Paso est devenue une des villes les plus sûres du pays».

Sauf que cette description de cette ville texane située à plus de 3000 kilomètres de Washington ne résiste pas à l'analyse des chiffres.

La construction d'une barrière a bien eu lieu sur place en 2008/2009. Or, sur les 30 dernières années, le pic de la criminalité se situe au milieu des années 90, avec une baisse d'environ un tiers des crimes violents entre 1993 et 2006.

Trump attaque les «fact checkers»

«El Paso est l'une des communautés les plus sûres des États-Unis, et ce depuis bien avant que le mur soit construit», a souligné l'élue démocrate Veronica Escobar, qui estime que le président américain doit des excuses aux habitants. «Cette désinformation fait des dégâts», a-t-elle ajouté.

Après 35 jours de blocage, un record dans l'histoire des États-Unis, Donald Trump avait finalement cédé fin janvier, signant une loi budgétaire permettant de payer les salaires de quelque 800 000 fonctionnaires fédéraux.

Mais le répit n'a été que temporaire, et la nouvelle échéance, fixée au 15 février, est déjà là.

Depuis plusieurs semaines, la Maison-Blanche brandit la menace d'un recours à une procédure d'urgence exceptionnelle pour débloquer les fonds nécessaires sans passer par le Congrès.

Une loi de 1976, le National Emergencies Act, autorise en effet le président des États-Unis à invoquer une «urgence» nationale pour activer des pouvoirs extraordinaires.

Conscient qu'une telle initiative, qui ne fait pas l'unanimité dans son camp, ne manquerait pas de déclencher une féroce bataille politico-judiciaire, Donald Trump s'est jusqu'ici gardé de franchir le pas.

Tout au long de son discours à El Paso, Donald Trump a une nouvelle fois multiplié les attaques contre les journalistes.  

«Les soi-disant fact checkers font partie des gens les plus malhonnêtes au sein des médias», a-t-il lancé devant une foule de casquettes Make America Great Again.




À découvrir sur LaPresse.ca

la boite: 1600127:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer