(Washington) La capitaine de l’équipe féminine de soccer des États-Unis, Megan Rapinoe, a accepté une invitation de l'élue démocrate à la Chambre des représentants Alexandria Ocasio-Cortez, quelques jours après avoir annoncé qu’elle refuserait d’honorer celle du président Donald Trump pour dénoncer sa politique.

Publié le 29 juin 2019
Agence France-Presse

« Ce n’est peut-être pas la Maison-Blanche mais nous serions heureuses d’accueillir @mPinoe et toute [la sélection féminine américaine] pour un tour de la Chambre des représentants quand elles le veulent », a proposé vendredi soir sur Twitter la jeune élue progressiste Alexandria Ocasio-Cortez, étoile montante du parti démocrate qui contrôle la chambre basse du Congrès américain.  

« C’est comme si c’était fait », a rapidement répondu la joueuse emblématique de la sélection américaine, qui avait refusé cette semaine une invitation à la Maison-Blanche pour marquer son opposition à la politique du milliardaire républicain.

« On va faire la fête », a ensuite assuré l’élue de New York.

PHOTO ALEX BRANDON, ASSOCIATED PRESS

Alexandria Ocasio-Cortez

Megan Rapinoe avait affirmé jeudi à Paris que le gouvernement américain actuel « ne pense pas comme nous et ne se bat pas pour les mêmes choses que ce pour quoi nous nous battons ».

Deux jours auparavant, elle avait lancé qu’elle n’irait « pas à la putain de Maison-Blanche » où il est de coutume que le président américain invite les équipes ayant été sacrées dans de grandes compétitions.

Depuis l’élection de Donald Trump, plusieurs équipes ont décliné l’invitation pour dénoncer sa politique, comme les basketteurs des Warriors de Golden State et les Eagles de Philadelphie, victorieux en 2018 du Super Bowl.

L’actuelle attaquante du Reign FC de Seattle, qui revendique son homosexualité, est engagée politiquement. Elle a notamment rejoint le mouvement de boycottage de l’hymne américain lancé par le quart-arrière Colin Kaepernick en 2016 pour protester contre les violences policières visant les Afro-Américains.

PHOTO JOHN BAZEMORE, ARCHIVES ASSOCIATED PRESS

Megan Rapinoe a posé un genou au sol lors de l'interprétation de l'hymne national américain, le 18 septembre 2016.

Le président américain l’avait pris à partie mercredi, affirmant que « Megan ne devrait jamais manquer de respect à notre pays, à la Maison-Blanche et à notre drapeau ».

« Megan devrait d’abord GAGNER avant de PARLER ! », avait-il ajouté, en soulignant qu’il inviterait les joueuses américaines quel que soit leur résultat dans la compétition.

La sélection américaine, championne du monde en titre, s’est qualifiée vendredi pour les demi-finales de la Coupe du monde, grâce à un doublé de Megan Rapinoe contre la France (2-1), pays-hôte. Elle affrontera mardi l’Angleterre pour une place en finale.