Le président Donald Trump a depuis longtemps renoncé à son engagement de campagne de construire un mur le long de la frontière américano-mexicaine, a déclaré son chef de cabinet sortant, alors que la demande du président d'un financement pour la « sécurité de la frontière » a déclenché un gel important des activités gouvernementales sans résolution en vue.

Mis à jour le 30 déc. 2018
ZEKE MILLER ASSOCIATED PRESS

John Kelly, qui quittera mercredi son poste après 17 mois de travail tumultueux, a déclaré lors d'une entrevue au Los Angeles Times pour la fin de son mandat que Donald Trump avait abandonné la notion d'un « mur en béton massif dès les débuts de son administration ».

Il s'agit de l'aveu le plus fort à ce jour d'un membre de l'entourage rapproché du président sur le fait que la promesse phare de campagne de Donald Trump ne serait pas respectée telle qu'annoncée.

« Pour être honnête, ce n'est pas un mur », a déclaré M. Kelly, ajoutant que la combinaison d'améliorations technologiques et d'obstacles à « lattes d'acier » que le président souhaite maintenant le long de la frontière résulte de conversations avec des professionnels du maintien de l'ordre sur le terrain.

Le gel d'activités gouvernementales a débuté le 22 décembre, et rien ne laisse présager que les républicains et les démocrates mènent des discussions de fond. Chaque partie accuse l'autre d'être responsable de l'impasse budgétaire.

M. Trump réclame des milliards de dollars pour supposément construire un mur le long de la frontière du Mexique, ce que refusent les démocrates.

En août 2015, au cours de sa campagne présidentielle, M. Trump avait clairement énoncé ses attentes concernant la frontière avec le Mexique, en contrariant les critiques de l'ancien rival, Jeb Bush, ex-gouverneur de la Floride.

« Jeb Bush vient de parler de ma proposition de construire une "clôture" à la frontière », a-t-il écrit sur Twitter. « Ce n'est pas une clôture, Jeb, c'est un MUR, et il y a une grosse différence ! »

Mais dimanche, Kellyanne Conway, conseillère à la Maison-Blanche, a qualifié cette contradiction apparente de « controverse sémantique idiote ».

« Il pourrait y avoir un mur à certains endroits, il pourrait y avoir des barrières d'acier, il pourrait y avoir des améliorations technologiques, a dit Mme Conway à Fox News. Mais simplement dire "un mur ou pas de mur" est d'être hypocrite et de fermer les yeux sur ce qui est une crise à la frontière. »