Le procureur spécial Robert Mueller a réduit de 15 % les dépenses semestrielles liées à l'enquête russe dont il a la charge, ont indiqué ses services vendredi, tandis que Donald Trump n'a de cesse de qualifier ces investigations de gaspillage.

Mis à jour le 14 déc. 2018
AGENCE FRANCE-PRESSE

Selon le bureau de M. Mueller, 8,47 millions de dollars ont été déboursés entre avril et septembre contre 9,98 millions les six mois précédents. Depuis le 17 mai 2017, date de sa nomination, l'enquête a coûté plus de 25 millions de dollars.

Elle a aussi conduit au plaider-coupable de huit personnes, à une condamnation lors d'un procès et à trois peines de prison.

Ces dernières semaines, à mesure que la pression se faisait plus forte sur lui, le président américain a accusé celui qui enquête notamment sur une possible collusion entre son équipe de campagne et la Russie d'avoir « gaspillé » 30 millions, voire même 40 millions de dollars.

« Quand cette Chasse au sorcière illégale style Joseph McCarthy, qui a broyé tellement de vies innocentes, va-t-elle s'achever - ou va-t-elle durer pour toujours ? Après avoir gaspillé plus de 40 millions de dollars (est-ce possible ? ), elle n'a démontré qu'une chose-il n'y a PAS eu de collusion avec la Russie. Tellement ridicule ! », a notamment tweeté M. Trump en novembre.

Le 8 décembre, il s'est de nouveau lâché : « APRES DEUX ANS ET DES MILLIONS DE PAGES DE DOCUMENTS (et un coût dépassant les 30 millions de dollars), AUCUNE COLLUSION ! ».

La veille, les procureurs de New York l'avaient personnellement mis en cause dans deux versements illégaux effectués en fin de campagne électorale à deux femmes affirmant avoir eu une liaison avec lui, pour qu'elles gardent le silence.

Certains observateurs estiment que Robert Mueller devrait étendre ses travaux aux finances du milliardaire et en particulier à ses affaires avec les Russes avant qu'il ne se lance dans la course à la Maison-Blanche.

Il est par ailleurs possible que, au final, l'enquête du procureur spécial génère davantage au travers de sanctions pécuniaires que ce qu'elle aura coûté.

Dans l'affaire de fraude financière et de blanchiment d'argent lancée contre Paul Manafort, ancien directeur de campagne de Donald Trump, le tribunal a ordonné la saisie de plusieurs propriétés et d'autres actifs représentant plusieurs dizaines de millions de dollars.

M. Manafort a été reconnu coupable au terme d'un procès en août, et attend le prononcé de sa sentence. Pour éviter un second procès lié à des accusations distinctes, l'ancien lobbyiste avait passé un accord de plaider-coupable en septembre mais M. Mueller l'a accusé début décembre d'en avoir enfreint les conditions en mentant aux enquêteurs.