Le département américain de la Sécurité intérieure propose d'abandonner le système du dégradé de couleurs déterminant le niveau d'alerte terroriste dans le pays, devenu l'un des symboles de l'après-11 septembre aux États-Unis.

ASSOCIATED PRESS

Ce système instauré il y a huit ans, après les attentats du 11 septembre 2001, repose sur un arc-en-ciel de cinq couleurs, allant du vert, pour une menace terroriste faible, jusqu'au rouge, représentant une menace terroriste forte. Il est devenu familier dans les aéroports, les édifices publics et les journaux d'informations. Ces quatre dernières années, le niveau d'alerte est resté à l'orange.

L'abandon des couleurs ne signifierait pas toutefois la fin des alertes terroristes, mais l'introduction d'une échelle décrivant de façon plus précise le risque terroriste.

Ces deux dernières années l'administration Obama a d'ailleurs modifié les protocoles de sécurité sans changer de niveau d'alerte. De nouvelles mesures de sécurité ont ainsi été introduites dans les aéroports après la tentative d'attentat survenue à Noël dernier à bord d'un avion à destination de Detroit.

En renonçant aux couleurs, le président Barack Obama abandonnerait un système que ses détracteurs jugeaient trop vague pour être utile tandis que les démocrates dénonçaient une stratégique politique destinée à alimenter la peur. Ce serait aussi rompre avec l'un des héritages les plus visibles de l'administration du républicain George W. Bush.