Trois officiers de police new-yorkais qui avaient tué il y a quatre ans de 50 coups de feu un homme noir désarmé ne seront pas inculpés, a annoncé mardi le ministère de la Justice à l'issue d'une longue enquête.

Mis à jour le 16 févr. 2010
AGENCE FRANCE-PRESSE

«Il n'y a pas assez de preuves pour une inculpation pour violation des droits civils contre les officiers de la police de New York (NYPD) impliqués dans les tirs mortels contre Sean Bell» en 2006 à la sortie d'une boîte de nuit new-yorkaise, a indiqué le ministère de la Justice.

Le révérend et militant des droits civils Al Sharpton avait fait campagne pour que les policiers soient inculpés par un tribunal fédéral après cette fusillade, qui avait provoqué des manifestations dans la ville et donné lieu à des critiques envers la police de New York, accusée d'avoir la gâchette facile contre les non-Blancs.

Sean Bell, 23 ans, avait été abattu à quelques heures de son mariage. Deux autres personnes avaient été blessées au cours de la fusillade.

Les policiers ont raconté avoir ouvert le feu après être intervenus à la suite d'une altercation au cours de laquelle ils auraient entendu l'un des amis de Sean Bell dire: «va chercher mon arme».

Dans une autre version des faits, un des policiers a raconté avoir ouvert le feu après que Sean Bell lui eut foncé dessus au volant de sa voiture avant de la précipiter sur une camionnette banalisée de la police. Aucune arme n'a été retrouvée, ni sur le jeune homme ni dans sa voiture.